Je ne sais pas chanter ….alors je vais tout raconter

Je ne sais plus Quoi faire et Quoi dire pour qu’on daigne regarder avec moi,  et ce,  afin de comprendre ce qui s’est passé, comment les choses ont pu dégénérer, dysfonctionner jusqu’à produire autant de souffrances et de malheurs.

Dans une pub relativement récente,  où l’on voit un prospect,  le potentiel client d’une banque se mettre à chanter pour qu’on l’entende, j’en viens à me demander ce que je dois faire pour être entendue.

Mon père a toujours ete un être rationnel,  raisonnant sous la base de la logique. Les chiens ne faisant  pas des chats  c’est sur cette même base que je m’en vais faire un récapitulatif de tout ce qui pèse sur moi, sur ce qui aliène ma vie depuis maintenant trop longtemps. Une sorte d’AVANT/APRES, un récit sommaire et chronologique basé sur le bon sens et la logique.

Je suis confrontée depuis maintenant TROP TROP TROP d’années à des protagonistes divers et dans l’ensemble mutiques,  qui refusent de m’entendre. Pourtant, il s’avère que je suis après/avec papa la seule a pouvoir fournir des éléments probants. Donc, au niveau du bon sens et de la logique, déjà …ça ne va pas .

La question est :  Qu’est t’il arrivé à une famille honnête, tranquille, vivant jusque là repliée sur elle même ?

Y a un truc qui littéralement me chavire, quelque chose qui revient de loin ; Qui va venir faire echo à ce que les miens  vivent actuellement,  aux vues des modes opératoires utilisés.  A savoir que nous avons dejà été victimes de tels drames .                                 En effet, il y a plus de 60 ans en arrière,  notre domicile a déjà été occupé,  puis vidé par  un général de la lufwaffe, de la Wehrmacht, du Troisième Reich, par un nazi !                                                                                                                                                                              Comme on peut tous l’imaginer mon père a eu quelques  difficultés à prouver ce qui nous était arrivé puisqu’il se trouvait alors, de l’autre coté de la Manche, avec les Français Libres, au service de la nation.

A cette époque là déjà, un  homme dans sa toute puissance a élu domicile chez nous , emportant tout à son départ. Mes grands parents seront chassés, puis raflés à Nice où ils s’étaient réfugies , ils passeront par le Vel d’Hiv pour finir dans les fours d’ Auschwitz.

Ce que les allemands aimaient chez les juifs, la SEULE et UNIQUE CHOSE que les allemands appréciaient chez les juifs c’était leurs biens.                                                                                                                                                                                                                    Derrière l’idéologie nazie il y a l’antisémitisme qui pour se justifier,   présente  tout  juif comme étant le Mal incarné !

Ce qui a été nommé SOLUTION FINALE plus de 60 ans apres  va faire écho à la présente situation. Comme ma famille, je vais etre chassée de notre domicile sur la base de calomnies pures et dures.  On réalise,  à la disparition de mon père qu’il a vecu une sorte de concentration ( le mot est fort il demande d’etre circonstancié , détaillé mais je dois présentement poursuivre  mon recit) Papa va etre ramené au rang d’objet et figurer sur un inventaire ( peu importe comment et pourquoi) Notre domicile va se retrouvé occupé. Nos biens,  au moins en partie vont disparaitre (  bijoux du père, mère et parmi eux, les plus précieux ceux qui restaient de ma grand mere déportée et ramenée à un simple matricule, tout comme papa sur une ligne de l’inventaire )

Notre famille est devenue un numero de dossier . C’est quelque peu inévitable, car si je suis moi en passe de devenir folle de douleur, pour tous autres protagonistes,  ma famille est dorénavant un simple affaire à traiter  .Qu’avons-nous fait pour mériter ça ? je rappelle qu’auparavant, nous vivions sereinement.

Pardon de le faire remarquer mais…on semble être concentré sur nos Avoirs quels qu’ils soient,  et nullement sur nos PERTES ! Voyons bien que…Non seulement la famille va etre SEPAREE, ses membres ISOLES et que tout cela n’est pas  GRATUIT. Car, ce qui va de même s’achever  à l’arrivée de personnes extérieures,  en plus de notre tranquillité, c’est notre équilibre budgétaire !                    On va pour commencer se retrouver avec un déficit…dont il sera impossible de connaitre les causes. Pour finir :  RUINER !

Tel le saumon remontons à la source.                                                                                                                                                                     Cela peut se faire sur la base,  de calomnies.  A partir du moment où on dit se trouver devant le Mal incarné…On peut tout se permettre !                                                                                                                                                                                                                      Ceci est du reste venu  justifier 6 millions de morts et  un nombre in calculé de victimes !  Car on est ici   dans une même détermination, l’EXTERMINATION !  consciente ou inconsciente ?                                                                                                                      Pour les nazis, il s’agit de celle  de tout un peuple mais ça marche aussi à d’autres dimensions, les schémas sont les mêmes lorsqu’il s’agit de l’extermination d’une cellule bien plus petite…une famille par exemple !  Les schémas sont les mêmes et les effets,  de mêmes. Y a pas eu de fours crématoires mais y a eu,  voyons bien : Séparation, dislocation de la famille,  rétention, concentration, mal nutrition, déshydratation….Décés…programmés.

En ma qualité de fille et de petite fille , compte tenue de ce que nous avons à vivre actuellement et de ce qui s’est passé juste avant, je dois faire en sorte que cela soit acté, noté,  souligné.

Je me recentre sur la question posée. « Qu’est t’il arrivé à ma famille ? »                                                                                                            Comment concrètement, des erreurs aux conséquences tragiques ont t’elles pu s’immiscer au sein d’une famille paisible. Qui, somme toute, comme toute famille a son lot de difficultés, de responsabilités, de devoirs à porter, à assumer, à gérer.

Mon frère…j’ai du mal à l’appeler “frere”  car je ne décèle pas chez lui un comportement de frère ? Seulement celui d’un demi frere. Mon demi frère n’a pas l’attitude d’un frère envers moi, ni celle d’un fils envers mon père et même…envers notre mère.

C’est sur la base d’un simple mensonge «  “ELLES” = la mère et sa fille s’entendent comme chien et chat » qu’ il vient etendre un terreau sur lequel vont venir pousser les calomnies.  Lesquelles vont permettre d’isoler notre mere.  C’est avec Ca, à partir de ça!  qu’il va consolider ce qui, pardon de le dire,  est une prise de pouvoir opérée au sein de ma famille. Et, c’est  l’ensemble des erreurs, des problèmes survenus , dés sa venue,  qui m’oblige à penser ainsi.

Quelle était notre situation au moment où,  ma petite famille mène sa vie tant bien que mal, tant bien que bien ?

Une fois mon fils  majeur et libre,  les effets de son enlèvement, les effets de la soustraction  d’un enfant à sa  famille nucléaire  va généré à terme, les plus graves des effets ( laissons pour l’instant les conditions de cet enlèvement, notons cependant  qu’il s’opère tres tres tres vite ! tout va se faire  Illico presto !!!!! il faut Officialisé ! …Pardon mais…Chez nous, nous n’agissons pas comme ça !  Lorsqu’on rend service, il n’y a aucun sévisse à la clé. Nous avons bien par le passé,  eu à dépanner des membres de notre lignée maternelle  mais… on a rien officialisé ! les personnes dont mes parents se sont occupées vont tres bien ! Aucun lien n’a été rompu, tout c’est passé dans l’absolue clarté.   Tout ce qui était Bien , qui partait de bases saines, se terminera Bien » Résultat : aucun suicide, aucun décès. Rien de comparable avec ce qui a rendu mon fils fou de douleur , à ce qui amènera au deces prématuré de mes deux parents.

Par ce que,  la personne responsable était le fils de maman,  on s’est montré ….cool…on a laissé couler.                                          Lorsque  pareil drame ( le disjonctage d’un enfant, avec tentative de suicide etc) vient traumatiser une famille entière, obligatoirement,  ses membres se posent des questions, se remettent eux-mêmes en question. Tous viennent apporter leurs lots d’informations pour essayer tous ensembles de comprendre « Comment, on a pu en arriver là ! »                                                                 Si, on ne sait pas,  au tout départ ce qui  arrive exactement au fils,  petit fils , mais on comprend bien qu’on est devant un innocent en tres tres grande souffrance !  On est obligé d’en prendre conscience.                                                                                                                    Pardon de le souligner mais les seuls ( encore une fois !) qui s’appellent,  s’interrogent et cherchent à comprendre vont etre les membres de la famille. Grands parents et le seul parent restant, c’est-à-dire moi la maman vers qui tout le monde se tourne.

On peut dire que tout allait bien jusqu’à que …on ne sait pas tres bien ….Mais, il y a fort à penser que c’est jusqu’a que le fils ainé de maman se fasse faire une procuration , sans que papa ou sa fille n’en soient informés.

Aucun d’entre nous  n’a jamais été dire que chez nous, que le fils de maman allait remplacer papa.                                                          C’est là et c’est ça ! qui ne va pas et bien ça  ! qui va générer tous les affres que nous aurons dorénavant à  subir :  Isolement puis décès et par ailleurs déficit, vol, gabegie et ruine.                                                                                                                                                    L’ordre naturel  a été balayé et le désordre s’est alors installé. De là, on se retrouve envahi par des personnes qui ne sont ni des amis, ni des gens choisis par le père et gestionnaire,  mais par la personne qui s’est faite calife à la place du calife. De là, le désordre va pouvoir se consolider.

On a un père qui se plaint, une fille qui pose des questions et une épouse et mère qui est dépassée, qui est déstabilisée par ce qui se passe et par ne le négligeons pas,  son propre état.

Je souhaite porter l’attention sur le fait qu’on ne peut savoir que:  TROP TARD que nos parents  ne sont pas correctement traités et suivis. Pour se procurer le dossier d’une personne il faut qu’elle soit décédée !!!! J’ai bien essayé de poser des questions, mais ça n’intéressait personne de savoir pourquoi papa se plaignait et avec ça ma probablement valu,  d’être diffamée.

On a beau nier…Reste que la réalité demeure la réalité. Les choses se sont bien passées et nul n’a la possibilité de les changer ! on peut juste les nier ! Pour autant, elles sont actées. Mon père a vu ses suivis interrompus et s’est vu donner des médicaments qui ne convenaient pas. Ceci est une conséquence du désordre  !

On ne peut pas…pas sans regarder avec la plus grande attention, en s’entourant des plus grandes  précautions dire que,  tout ceci a ete VOLONTAIRE ! Qu’on a cherché à faire taire mon père en l’endormant  à l’aide de médicaments et qu’on l’a laissé volontairement couler ! souffrir  physiquement, psychologiquement.                                                                                                                                                 On doit pour autant reconnaitre,  qu’il a été isolé, déporté de sa chambre au salon, piece qui ne faisait pas partie du parcours de sa femme, qui va de son lit à la cuisine. Que ses suivis ont bien été interrompus, que ses employés, les personnes que lui-même avait choisi,  ont eté changés…Les médicaments qu’on lui donnait  n’etaient pas fait pour le déficient rénal sévère qu’il etait et que, comme maman, comme sa femme,  il arrivera un soir aux urgences hospitalières,  dénutrie, déshydraté mais…sans esquarre, ni ulcère sanglant ! Seulement, les reins sont des organes importants, ils ne supportent pas la négligence . résultat…procédure Leonnetti !                                                                                                                                                                                                                         Si papa avait  un problème de santé irrésolvable, maman elle, n’avait rien ! Rien qui puisse faire penser que sa vie devait être stoppée, c’est le compte rendu hospitalier qui l’indique.  L’usage de la procédure Leonnetti , dans certains cas …est une conséquence de la crise. A moins que…

Car, si maman se plaint à moi de douleurs intenses, à sa fille qui a le plus grand mal à la joindre. En effet, il fallait etre particulièrement  persévérant pour prétendre avoir maman,  en ligne. Le téléphone n’etait pas toujours à sa portée. Rappelons que je  suis à 750 kms de notre domicile. Que je suis black listée , en effet, en tant que fille,  je suis celle qui lorsqu’elle se rend  sur place vient prendre le travail de tous ceux qui viennent se nourrir de sa situation d’isolement. Contrairement à son fils,  je pose des questions, je viens rompre le train train, les habitudes bonnes ou mauvaises qu’on prise les employés de mon demi frere. Lequel à l’opposé,  ne contrôle rien, ne leur demande rien si ce n’est de veiller à ce que je ne puisse pas m’ occuper de ma maman ( quand bien même, ce n’est formulé…d’où pour moi, la nécessité de circonstancier et d’étayer de précisions  les choses, point par point).

Voilà pour mon cas…Mais, qu’en est t’il pour son fils ?  Il n’est qu’a 30 minutes en voiture  de sa maman !                                                  Qui peut croire que quelqu’un  qui souffre comme maman, qui va finir par avoir des esquarres, qui est bourrée d’anti douleurs ( d’où l’ulcère sanglant) se contenterait d’alerter,  uniquement sa fille !

Je remarque que par 2 fois, mes parents  sont mis hors d’état de faire ce qu’ils doivent faire, ce qu’ils ont projeté de faire, qu’il s’agisse du père ou de la mère.

La résolution de cette affaire puisque nous sommes malgré nous,  devenue une affaire réclame qu’on observe tout en détail. C’est sur la base de tous ces détails que l’on peut comprendre l’ensemble, la globalité du problème. Afin de mettre à nu, de dévoiler tous les rouages, tout ce qui a pu intervenir de façon nuisible sur notre famille, qu’il s’agisse d’éléments déterminants intérieurs ou extérieurs, internes ou externes à la cellule familiale,  tout développer . Car, c’est un amoncellement !  il faut donc  retourner à la source et s’arrêter sur chaque événement, chaque trahison, chaque deces, chaque mauvaise surprise…Tout ici nécessite,  d’être observé en détail. Ne dit t’on pas « Le diable se cache dans les détails «  et cette expression s’avère véridique. Car, si on demeure au niveau des apparences…Y a rien de visible ! Sur le papier, c’est comme si les etres humains étaient de banales plantes et avaient des besoins aussi simples (eau et  nourriture), sur le papier tout semblé prévu. Nonobstant, tout comme fils deviendra fou de douleur une fois coupé des siens, mes parents n’ont pas survécus à de tels traitements.

Retenons, qu’ on ne livre pas ses parents ! c’est DANGEREUX ! si on le fait, on garde le contrôle, non pas de leurs Avoirs !!!! mais on veillent AVANT TOUT à la sécurité des personnes.                                                                                                                                                 On ne doit pas rompre l’ordre naturel, ou le bon ordre  au sein du famille. Tous en son sein,  à sa place !                                                                                                                                                                                                                                 Si, il s’avère qu’on en vienne à déséquilibrer la famille, en se substituant à son chef,  en occupant la place de la fille sans pour autant en assumer les fonctions, ça produit tout ça !                                                                                                                                                               Dislocation, isolement, démembrement et en parallèle : déficit, vol, ruine totale de la famille  ! Que des pertes ! Que des malheurs. Ceux qui trinquent sont ceux qui payent ! Ceux qui récoltent sont ceux qui s’immiscent dans notre cellule qu’on pense être un cercle de protection pour ses membres.

Tout ce que je viens de dire, c’est ce qu’on trouve dés lors qu’on cherche, qu’on rassemble, qu’on recoupe. Je suis seule ! La seule à m’être donnée la peine de chercher,  avant de parler ( il aurait été plus JUSTE et plus logique que , mes adversaires en fasse de même avant de diffamer) .                                                                                                                                                                                                         On peut penser que ce terrible bilan est la cause du mutisme de mon demi frere. Car, c’est pas brillant                                                                                                                                                                                                                                On peut comprendre que je sois,  par moment au bord du suicide. Ca fait beaucoup ! TROP  à devoir endurer, supporter d’un coup ! Mais, ça va se faire au coup par coup, y a aussi pas mal d’opportunisme dans tout cela, tout n’a pas été prémédité.

Au final c’est une véritable Succession de malheurS.  Avec pour notre famille, perte des valeurs, non pas celles qui  unissent ses membres intrinsèquement,  car évidement on ne peut pas détruire une famille !  Ces liens sont indestructibles. Par contre, on peut venir diviser pour pouvoir régner, voire même physiquement l’exterminer !  c’est-à-dire la démembrer sur la base de la disparition physique de ses membres mais elle reste à jamais une famille.                                                                                                                             Si, le but était  la destruction de la cellule familiale, il aurait fallu amener mes parents à divorcer ! Le seul moment où une famille peut être désagrégée, c’est de son vivant !   Les décès prématurés de mes parents ressemble à des dommages collatéraux, pas vraiment au but.                                                                                                                                                                                                                                  On voit clairement, distinctement que le décès  ne change rien à l’attitude de mon demi frère…rien, si ce n’est qu’il s’en retrouve plus riche. Sans quoi, il persiste à imposer ses volontés bien au-delà et malgré leur disparition…En s’aidant de leur disparition et de son cadet pour continuer à m’en faire baver ! .J’avoue avoir le plus grand mal à voir en lui un frere…

Demain l’Assomption

Madame,

Sagesse, prudence nous impose d’attendre d’avoir réunis toutes les pièces avant de parler.

Si, je me rend au commissariat, pour dire : je ne comprends pas pourquoi on me traitre comme ça, pourquoi on dit ça, pourquoi on écrit ça… très vite, je ne peux plus répondre aux questions car , je sais pas…si, je m’aventure, je peux très vite tomber dans la médisance. Et, par manque d’éléments déterminants ou de certitudes, notre mental nous amène facilement à prendre des vessies pour des lanternes ou bien, comme il est dit dans l’enseignement bouddhique, à prendre un bout de bois mort, pour un serpent . Je serais d’autant plus impardonnable, que je le sais. Si, apprendre est primordial, mettre en pratique, ce qu’on nous enseigne, l’est tout autant.

Les choses sont en train de changer, même si c’est laborieux, que j’ai une sensation d’enlisement, ça avance.

Plus, j’obtiens d’informations, d’éléments et plus je pense que « vous ne risquez rien » pour la bonne et simple raison que vous n’aviez pas, de même que moi et maman (et papa , à partir d’un moment) la claire et nette vision !

Cette amélioration de la vision ne peut que, diminuer et pour finir anéantir, toutes suspicions. Suspicions qui sont de même, dues, à l’impossibilité de savoir ce qui se trame, en temps réel.

Mes amis pratiquants, tout comme mon généraliste qui est aussi , de part son cursus, psychothérapeute/comportementaliste mais préfère un statut de généraliste, l’a fait, lorsque je lui ais présenté le certificat rédigé par un médecin qui déclare que j’ais des troubles de la personnalité, et a qui cela a déclenché, un fou rire, alors que moi, j’étais en larmes, dés lors qu’ils m’ont tous vus en grande souffrance, toutes ces personnes, en qui j’ai confiance, dont je connais la probité, la recherche et les compétences, m’ont dit : Parle lui ! Parle leur! selon mes amis pratiquants, je dois le faire, à cœur ouvert, avec le cœur.

Certes, mon cœur une fois ouvert a laissé échappé de la colère, colère suscité par l’incompréhension, la sidération face à ce qui se passer, comme face à ce qui s’était passé….Pour moi, ce qui se passe est ENORME et ce qui s’est passé GRAVE. Et, ce qui va se passer, étrange, car je vais me montrer incapable de défendre ma famille…

°°°

Je fais un petit crochet sur l’actualité, car pour la 1ere fois, le Vatican rappelle que la paix, le pardon, la réconciliation et le dialogue sont nécessaires, ce sur quoi tout le monde est d’accord, mais en l’absence, il vient de donner son feu vert a des frappes militaires.

De son coté, le saint père, en vue de la Défense des victimes et non pas l’Attaque de ces ennemis bien réels, que sont les djihadistes en Irak , a dit : «La situation dramatique des chrétiens, des yazidis et d’autres communautés religieuses et ethniques numériquement minoritaires en Irak exige une prise de position claire et courageuse de la part des responsables religieux, surtout musulmans, des personnes engagées dans le dialogue interreligieux et de toutes les personnes de bonne volonté. Tous doivent être unanimes dans la condamnation sans aucune ambiguïté de ces crimes et dénoncer l’invocation de la religion pour les justifier».

Le 16 novembre 2013 ( 16 novembre = anniversaire de maman) dans son obélie, le pape Francois a dit :

« Dieu est faible face à la prière de son peuple. Donc la prière est la vraie force de l’homme: il ne doit jamais se lasser de frapper à la porte du cœur de Dieu, de demander de l’aide parce quand il est appelé à défendre son peuple, Dieu est implacable ». Cette obélie comme tout ce que dit, le papa François se doit d’etre lu ou/et relu. Ici, il tient à souligner que le Seigneur écoute ses filles et ses fils :

« Dieu fait, fera, justice, à ses élus, qui crient jour et nuit vers Lui. Ainsi a-t-il fait : quand il appelle Moïse et lui dit : j’ai entendu les pleurs et les plaintes de mon peuple. Le Seigneur écoute » (cf. Lc 18, 1-8). » «Quand le Seigneur prend la défense de son peuple, il est ainsi : c’est un guerrier implacable et il sauve son peuple. Il sauve, il renouvelle tout : toute la création fut modelée à neuf, dans sa propre nature comme auparavant » Et, il se questionne, il nous demande : « Mais si cela est la force de Dieu, quelle est la force de l’homme ? C’est celle dont a témoigné la veuve dont parle l’Évangile » a-t-il expliqué « celle qui frappe en continuation à la porte du juge ». « Frapper, demander, se plaindre de tant de problèmes, tant de douleurs, et demander au Seigneur la libération de ces douleurs, de ces péchés, de ces problèmes. Telle est la force de l’homme, la prière » . « même la prière de l’homme humble » a-t-il précisé « parce que s’il y avait une faiblesse en Dieu » a-t-il encore expliqué « celle-ci se manifeste justement vis-à-vis de la prière de son peuple. Le Seigneur est faible uniquement en cela » il entend et devant tant de douleur, il viendra à la manière d’un guerrier implacable.

Approfondissons la question de cette possible intervention armée :

1/ pour bien comprendre la décision du Vatican

2/ parce que ce qui est dit par lui et le saint pere, est de même, approuvé par d’autres religions. Cette sagesse s’appuie sur des principes qui sont universels et se base sur des lois qui régissent l’ensemble de l’univers, sur des lois cosmiques, traduites sous tel ou tel prisme, et ici le prisme de la religion catholique.

3/ parce que, derrière le mot peuple, on parle d’individus victimes et d’agresseurs

Le Vatican dit : Il faut qu’il existe, ce qu’on appelle, traditionnellement, une “juste cause”. Les textes récents du magistère n’en mentionnent que 3 :.

1)la “légitime défense” contre une agression armée. “On ne saurait dénier aux gouvernements, une fois épuisées toutes les possibilités de règlement pacifique, le droit de légitime défense… Mais faire la guerre pour la juste défense des peuples est une chose, vouloir imposer son empire à d’autres nations en est une autre” (Vatican II, Gaudium et spes, 79, 4).

( remplaçons le mot peuple par celui de victime et d’agresseur, chaque fois que cela est possible )

2) l’intervention pour secourir un peuple agressé. Le cas est évoqué par Jean Paul II en ces termes : “Quand les populations civiles risquent de succomber sous les coups d’un injuste agresseur et que les efforts de la politique et les instruments de défense non violente n’ont eu aucun résultat, il est légitime, et c’est même un devoir, de recourir à des initiatives concrètes pour désarmer l’agresseur” (Message pour le 1 janvier 2000, Doc. Cath. 2/2/00).

3) le cas de la révolte armée d’un peuple opprimé par “une tyrannie évidente et prolongée qui porterait gravement atteinte aux droits fondamentaux de la personne et nuirait dangereusement au bien commun du pays” (Paul VI, Populorum progressio, 31). Cette hypothèse n’est évoquée qu’en incise, dans une phrase prônant la résistance aux oppressions par des moyens autres que militaires. (Mais, lorsqu’ ils ont été employés sans succès ? on se demande si, il ne vaut pas mieux insister encore ? Comme le préconise le pape Francois dans son obélie du 16 novembre 2013 !? )

Avec ça, il y a la notion : d’Ultime recours

Aucune violence, même défensive, n’est légitime si elle ne constitue pas un “ultime recours”. Notion essentielle, mais d’interprétation difficile : pour affirmer que d’autres moyens que militaires seraient inefficaces, il faut laisser du temps. Mais l’agresseur peut en profiter, par exemple en faisant durer des négociations à la seule fin de gagner du temps pour créer un “fait accompli”.

La Proportionnalité :

Le recours aux armes ne se légitime, même pour une cause juste, même en “ultime recours”, que si l’on a toutes les raisons de penser qu’il ne provoquera pas des destructions d’une ampleur telle que le remède apparaîtra pire que le mal. Il s’agit en somme, selon une “éthique de responsabilité” bien comprise, de prendre en considération toutes les conséquences de la décision que l’on prend, et pas seulement à court terme (nombreuses victimes, destructions), mais aussi à moyen et long termes (conséquences sur les relations entre peuples, germes de violences futures, désirs de vengeance, etc.).

Pie XII déclarait en 1953 : “Lorsque les dommages entraînés par la guerre ne sont pas comparables à ceux de l’”injustice tolérée”, on peut avoir l’obligation de “subir l’injustice” (Documentation catholique, 1953, col 1413). Quatre jours avant le début de la guerre de 1991, Jean-Paul II soulignait, devant les ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège qu’une guerre serait “particulièrement meurtrière, sans compter les conséquences écologiques, politiques, économiques et stratégiques” ; et il rappelait que “le recours à la force pour une cause juste n’est admissible que si celui-ci est proportionnel au résultat que l’on veut obtenir et en soupesant bien les conséquences de l’action militaire”.

Espérance de succès:

Simple conséquence du principe précédent : nul recours aux armes n’est éthiquement acceptable s’il n’existe pas de probabilité raisonnable de succès. On ne ferait alors qu’ajouter les destructions de la guerre à celles de la situation présente.

Autorité légitime:

Le recours aux armes ne peut être décidé que par “l’autorité légitime”, celle qui a la charge du “bien commun”. De qui peut-on dire aujourd’hui qu’il est en charge du bien commun international ? On pense évidemment à l’ONU, dont c’est le rôle. Mais si l’ONU est indifférente ou paralysée ( si l’autorité légitime est indifférente ou bien paralysée ???????? faut –il se resigner ) , faut-il se résigner à laisser se poursuivre un génocide ou une purification ethnique ? D’un autre côté, s’affranchir trop aisément de l’aval de l’ONU, c’est laisser revenir le danger de “guerres privées”, entreprises par les seuls pays qui en ont les moyens, non pas au nom du “bien commun” de l’humanité, mais de leurs visées propres.

Intention droite:

Il est immoral de chercher à atteindre par les armes, sous couvert de “juste cause” à défendre, des objectifs différents que ceux que l’on prétend poursuivre. C’est ce qu’on appelle l’exigence d’ “intention droite”.

Immunité des non-combattants :

Un autre aspect de cet enseignement concerne non plus les conditions qui doivent être toutes réunies pour décider de recourir aux armes (Jus ad bellum : droit à la guerre), mais les limitations à respecter dans la conduite même des opérations militaires (Jus in bello : droit dans la guerre).

Il s’agit essentiellement du devoir de ne pas s’en prendre délibérément aux non-combattants. ( = ne pas se servir d’’eux) Ce “principe de discrimination” (entendre : entre combattants et non-combattants), se fonde sur la nécessité de ne faire que les exceptions strictement nécessaires au devoir de respecter toute vie humaine. Essentielle dans la tradition chrétienne comme dans le droit moderne de la guerre (notamment les Conventions de Genève de 1949) et dans les divers règlements intérieurs des armées, l’interdiction de s’en prendre délibérément aux non-combattants fonde la condamnation éthique du terrorisme (qui prend pour cible des passants dans la rue, les consommateurs dans un café, les passagers d’un avion) et celle de toute stratégie de destruction massive, notamment la stratégie dite “anti-cités”.

Comme le déclare solennellement le Concile Vatican II, “tout acte de guerre qui tend indistinctement à la destruction de villes entières ou de vastes régions avec leurs habitants est un crime contre Dieu et contre l’homme lui-même, qui doit être condamné fermement et sans hésitation” (Gaudium et Spes, 80).

Tout comme le déclarera n’importe quel pratiquant sur Terre, religieux ou laïques tout aussi solennellement. Et par delà, tout Concile, tout sceau de plomb qui scellerait tous documents importants, et autres, conciliabule où présiderait de façon ordinaire des sentiments de malveillance ou d’hostilité, quoi qu’il en soit, quoi qu’il arrive : « Tout acte qui tend indistinctement à la destruction des membres d’une famille, de leur enfant et petit enfant est un crime contre la vie et contre soi même ! » Nous sommes tous d’accord pour dire cela.

Ne vous y trompez pas, si je cite le pape Francois, bien que je ne sois pas catholique, que je n’aille pas à l’église ou au temple, je suis pratiquante. Je prie seule et avec d’autres. Et puis, je m’intéresse depuis un moment, aux maitres spirituels comme à tous autres esprit lumineux. Avec ça, m’intéresser au discours de votre chef spirituel, c’est aussi, essayer de vous comprendre, de mieux vous connaitre car c’est le seul moyen que vous offrez. Sans quoi, je ne sais rien de vous, on ne trouve rien sur vous, si ce n’est une boite postale, alors, c’est sur la base de vos croyances que je peux en connaitre un peu plus, au moins, sur votre fonctionnement. A travers la mesure mise en place, un tuteur rentre dans un cercle familial, il est normal qu’en tant qu’enfant de l’intéressée, on puisse voir et savoir si ça va bien se passer entre l’intéressée et celle, qui va, maintenant s’en occuper. Je vais vous raconté quelque chose qui est, malheureusement, arrivée à la fille et à un son père sous tutelle. Une tutrice catholique, pratiquant à l’extrême, se retrouve à s’occuper de son père de confession juive, non pratiquant et veuf, qui lui se trouve tout comme maman, éloigné de son enfant. Cette tutrice en conflit avec la fille a fait enterrer le père sous un rituel catholique. Je reste, dans le cadre de cette histoire, sur un plan éthique mais cependant, une trop grande différence d’appartenance et avec ça, l’absence de dialogues peuvent engendrer, à d’autres niveaux, des problématiques, moins en lien avec l’éthique, d’ordres plus pratiques.

Vous êtes intelligente, vous êtes pratiquante, vous ne pouvez que comprendre ce que je mets en évidence, car vous êtes dans une voie de perfectionnement, sur la voie ! tout simplement.

°°°

Dans la vie, y a toujours des paroles qui nous frappent assez, pour qu’on les garde en permanence, à l’esprit. Maman m’a transmis des tas de choses à travers des dictons, des proverbes, par exemple, je pense que tout bébé déjà, elle devait me murmurer à l’oreille « Gentil n’a qu’un œil » et vous verriez, si j’en venais à devoir raconter mon histoire pour raconter NOTRE histoire, vous verriez que cela m’a marqué et que cela m’a même trompé. Ca reste le seul aspect rigolo d’une autre histoire qui a eu sur ma vie des conséquences négatives, mais revenons à celle qui nous concerne.

Madame,

Voyez bien que lorsque je pose des questions à mon frère Alain, n’y répond pas et finit par me dire que vous étiez au courant… ??…ce que j’aimerai bien savoir c’est « au courant de quoi » ?

Le seul moyen que j’ai de le savoir est de passer en revue les documents, mais pour l’instant, tout continue à ne pas se passer normalement.

Quoi qu’il en soit…il compte assurément se servir de vous à nouveau. Aussi, il n’y a rien d’étrange à ce que je vous demande à mon tour, de bien vouloir raconter, ce dont vous avez été témoin.

Je ne viens pas vous demander, de dire que mon frère est fou, qu’il est méchant, qu’il a fait boire maman. En aucun cas, et jamais, je ne vous ais demander ça. Je vous demande juste, de faire en sorte d’être dans une attitude juste et équitable, et de continuer, ce que vous avez commencer = protéger ma maman, mais cette fois , avec moi.

Que tout ça, soit bien délicat, je le comprends. Que le fait de ne rien risquer vous-même puisse vous peser, si jamais il existait des raisons à toutes ces cachoteries, ça peut aussi se comprendre. Voyez que je mets des gants et ne laisse pas aller mon imagination, je cherche avant tout à tout reconstituer.

Sur la question du prix de la vérité, car c’est bien de cela qu’il s’agit, cela m’a aussi torturée. On nous recommande, à nous pratiquants, quelque soit l’origine culturelle des cultes ou enseignements que l’on suit, de ne pas faire de mal à autrui. Dans la religion chrétienne, on dit même, de tendre l’autre joue. Aujourd’hui , que mes parents sont morts, doit -on se battre pour la vérité ? Quitte à se mettre en danger, quitte à bouleverser des vies ou une famille ?

Je ne sais pas, je le saurai lorsque j’en saurais d’avantage et, j’ai pas la sensation de décider mais plutôt de subir.

J’ai commis de multiples erreurs, cela a eu des conséquences sur mon père, ma mere , mon fils et moi-même. Exemple, je n’ai pas réalisé l’erreur que s’était que de laisser des gens médirent sur vous. C’est comme leur paver la route ! Mais, pire encore, cela a des répercutions sur vous…quand je dis que j’ai bien failli mourir, c’est vrai. On va s’attaquer à ma famille, ça se passe alors que je suis en deuil, on va me traiter de folle, le tout représente quelque chose de grave. Je dois impérativement, rétablir la vérité : Je ne suis pas méchante, ni folle, ni rien de ce qui a été ne dit sur moi. Je n’ai toujours pas compris pourquoi, mes adversaires n’ont pas eu l’idée de regarder ailleurs, si s’était pas moi…c’était forcement, un autre ?

Ce qui n’’était pas prévue c’est qu’alors que nous allions en Cassation, le décès de maman surviendrait.

°°°

En tant que pratiquantes, on nous apprend que si , l’occasion survient, nous devons aider la veuve et l’orphelin. Je vais compléter en disant, si l’occasion se présente, nous devons venir en protection des morts et en aide aux orphelins.

Je vois bien que vous n’avez pas peur pour vous-même, ni pour l’équipe, et, il ne faut pas non plus avoir peur pour mon frère A, il n’est, ni isolé, ni seul, il fait même partie des retraités plutôt favorisés. Il fait partie d’une catégorie sociale supérieure à la notre, est intelligent, prudent, prévoyant bref, il n’est en RIEN, dépourvu. Il sait attaquer, il sait se défendre et en a les moyens.

J’aimerai que vous me disiez pourquoi, lui qui compile des archives, donc qui est tout a fait conscient de l’importance des archives et ici, il s’agit de celles de ma famille, il ne souhaite pas que j’y accède ou bien fait des mystères ?

Il n’est pas gériatre, généraliste, infirmier ! C’est plus facile pour moi, de noter ce qu’il n’est pas, que de dire ce qu’il est, à l’exception de ce qui se voit et que je viens de vous rappeler. Il est trop fermé, discret, a un gout prononcé du secret. J’ai oublié un truc important, il est aussi l’employeur de l’equipe médicale.

N’ayez pas peur , regarder bien et voyez vous-même que les seuls, qui risquaient , risquent quelque chose, c’est Nous ! Mon fils ! mon père ! ma mère ! leur fille . C’est ma famille. Pareillement bien que différemment, bien évidement, morts et survivants se doivent d’être protégés

°°°

je voudrais vous montrer aussi que, si, si pour n’importe quelle raison, j’abandonnais mon fils, si aveuglée par les préjugés, les fausses idées je livrais mon enfant au service public ou à des seuls tiers, ça serait dangereux. Vous avez vu et su, ce qui est arrivée à Sabine Bonnaire, sœur de la comédienne de « Sans Toit Ni Loi » Sandrine Bonnaire ? Il arriverait la même chose à mon fils . En verité, personne, aucune équipe même la plus qualifiée, la plus compétente du monde ne peut remplacer, une mère, une fille, une sœur. Tout le monde doit rester à sa place, et faire sa part.

°°°

je dois vous dire aussi que, Je ne signerai rien à l’aveugle. Inutile d’y aller de menaces, j’ai montré dans le passé que pour moi, la Lumière, ma famille, la Lumière sur ma famille était sans comparaison possible, plus importante que tout.

Vous avez entendu et lu, ce qu’on m’a mis sur le dos ! je suis sensée être le mal incarné, de quoi vous faire mourir mais aussi vous conduire en prison, mais pourquoi donc ? Qu’est ce qui justifie la violence qui s’est exercée ?

Vous n’avez pas jusque là, répondu pas à mes courriers.

De mon coté, je me dois d’Ouvrir, là où c’est Fermé ! De supprimer les huis clos car notre histoire a montré que cela représente un danger, à cause de cela, au moins par 3 fois, ma lignée a été frappée.

Regardons un tantinet dans le passé, face à quelle scène du vivant de papa, mon frère est tombé.

Nous avons là, 2 hommes qui ont la même sensation et pensent la même chose : qu’ils se sont fait voler))))

L’un d’eux est le patriarche, le chef de famille, le père ! L’autre son beau fils et au milieu, l’épouse et la mère de famille, et à 780 kms de là, la fille du couple, la fille de la famille.

Maman en 1960 va divorcée de son mari Pierre M, père de mes frères, parce qu’elle est tombée amoureuse de Marc , ça arrive…Alain lui-même reconnait que ça arrive, lui-même ça lui est arrivé.

Maintenant, revenons quelques instants sur un proche passé. Aucun citoyen n’a pu passer à coté du drame Bettencourt. Pour ceux qui seraient quand même passés à coté, ils peuvent malgré tout revoir l’interview que mme Liliane Bettencourt a souhaitée, sur le Net. En effet, mme Liliane Bettencourt a voulu s’exprimer lorsque sa fille, prévenue par des tiers de certains usages qui étaient de forts mauvais présages, a demandé qu’on examine sa maman, que faire d’autre ?

En regardant et en écoutant l’interview de mme Bettencourt mère, le commun des mortels n’est pas capable, devant une dame si bien apprêtée, répondant sans problème aux questions et parfois même énergiquement, de comprendre qu’y a matière à s’inquiéter. Mme Bettencourt répond bien, excepté sur la fin, où, on voit bien que lorsque la journaliste s’intéresse à sa générosité, elle recommence à avoir des troubles de l’audition et perd manifestement l’envie, de répondre à toutes les questions.

Suite à ce même document, aux réponses et aux non réponses aux questions qui sont posées à l’intéressée, le juge a compris lui, qu’il fallait absolument qu’un gériatre examine cette dame.

De leur coté, ne pouvant plus éviter que la Justice et des spécialistes s’en mêlent, le bataillon d’avocats a essayé de retarder les choses. Quand l’expert nommé par le juge a rendu son diagnostic, par la suite, ce même juge a décidé de mettre certains en examen, compte tenu que les capacités de mme Bettencourt s’avéraient diminuées, que son raisonnement etait erroné puisque fondé sur de simples illusions.

Vous qui avait recu une formation, ou qui vous êtes intéressé au sujet, vous saurait probablement décrypter ce, qui dans les réponses de mme Liliane Bettencourt peut laisser croire que son cerveau est maintenant usé, fatigué, altéré ?

Je mets en avant cette affaire hors normes, dont on parle parce qu’elle touche une famille au train de vie hors norme, une famille connue et qu’elle porte sur des sommes inimaginables, pour des gens comme nous = ma famille ou tous ceux qui font parti de la meme catégorie sociale.

Alors, regardons un peu ce qui se passe, plus pres de nous « chez nous » :

Il n’y pas d’avocat… on a bien par contre, un medecin. Lequel ne répond pas à mes récents courriers, certes il ne l’a jamais fait auparavant, cependant, qu’il ne le fasse pas plus, maintenant, maintenant que la situation a changé et que je me retrouve à devoir, tout reconstituer, ça porte à s’inquiéter, à se questionner ? il n’y a plus de secret professionnel !

Notamment, je lui demande, le nom du spécialiste vers lequel il a orienté maman, suite au diagnostic fait par son collègue mandaté ? J’ai peur qu’il ait oublié de faire suivre maman … Certes, nul besoin de prouver que maman n’avait plus la même perception de la réalité que nous, mais souvenez vous que ce même médecin a établi un certificat où il affirme que c’est : non pas maman, mais bien qui ait des troubles de la personnalité.

Cela a du jouer, car après ça je n’ai plus été, écoutée !?

Je suis obligée de vous dire que « Vous », car indépendamment et seul, vous n’auriez pas pu… mais là, en groupe et soutenu par les rouages du système en place, vous avez pu, faire de moi, un fantôme ! c’est-à-dire quelqu’un d’invisible et d’inaudible ! Une écorchée vive que vous n’avez eu cesse, de piquer, une errante avançant à tâtons, dans un tunnel obscur et au fluide glacial. Un lieu dont on ne distingue pas la fin, où des cris de souffrances résonnent, sans qu’il n’y ait âme qui bouge. Reconnaissez que voilà ici, un moyen : de nier, de renier, de supprimer quelqu’un ou bien ne vous rendez vous pas compte de la violence de ce qui a ete fait ? Vous auriez pu me tuer ! tout ça a forcement inquiétée ma petite maman.

Je vous accorde qu’un faux certificat, c’est ENORME ! un médecin qui s’amuse à faire un certificat sur une personne qu’il ne connait pas ( il me connait de vue, pas plus) , y a quelque chose qui va pas ? Imaginez qu’avec ça, il n’est pas voulu que maman soit examinée par un gériatre ? Peut-on percevoir dans ce cas, les raisons de son silence ? les raisons de bien des silences qui vont alimenter bien des souffrances ?

Comme vous l’aurez constaté, il est arrivé la même chose à mes 2 parents !

Ce n’est quand même pas la faute de mon frère , il n’est pas médecin ou infirmière , vous même, ne l’êtes pas, plus .

Le seul truc est que je l’avais prévenu des risques qu’il y avait, à ne pas chercher à éclaircir ce qui été arrivé à papa ainsi que de, la dangerosité du système et je vais apprendre avec ça, qu’ il est l’employeur de cette équipe.

Je rassemble les témoignages.

Vous l’avez dit vous-même, interrogée par la cour d’Appel « madame ( maman) comprend plus ou moins »

Quand maman a apprit ce qui se passait, elle m’a dit « défends-toi » et j’ai essayé ! mais je n’avais pas imaginé qu’elle allait partir si vite !?et, je ne comprends pas, pourquoi à Tarbes, on ne comprends pas ce qu’ailleurs, les gens comprennent ou subodorent assez vite, si ce n’est, tout de suite…je ne comprends pas pourquoi mme la juge ne me reçoit pas etc etc etc

C’est en plein deuil que je vais être frappée une première fois. Les visages vont changer à la mort de papa. Je pose trop de questions, je crois…Je dérange, faut l’avouer.

Mais voilà que, ça se perpétue, curieusement, après le décès de maman … ? ce qui vient à la fois, déplacer les problèmes, et, les hypothèses qu’on peut faire se rabattent et viennent se concentrer sur les quelques personnes qui ne répondent toujours pas, alors qu’il n’existe plus à présent, de raisons légitimes voire même légales , à cela !?

On est pas aux USA, on n’a pas de 5eme amendement et puis, on dirait que je demande la lune ? Si, on doit rechercher de l’étrange dans tout ça, c’est en se posant la question : pourquoi tout ce flou, pourquoi cacher ? Pourquoi tous ses mystères ?

Tout ce qui peut se faire légalement, c’est-à-dire protéger par la loi, se doit d’etre expliquer aux citoyens lambdas, ignorant de ces lois qui permettent, comme je l’ai dit de faire de vous un vrai fantôme, un citoyen privé de voix et d’oreilles, dans le cadre précis du dossier de maman cela a permis à des tiers d’avoir le contrôle ABSOLU sur une famille.

La Justice nous exhorte à respecter les règles , en cas d’absence, elle nous enjoint à faire preuve de conscience morale . la justice n’aime pas qu’on profite de ses lois, qu’on les utilisent à mauvais escient ou qu’on les contournent.

Citoyens et familles ont le droit de savoir , pourquoi les tiers intervenants au sein d’une famille ne risquent rien. Il parait important que les intéressés de mêmes sachent, pourquoi. La famille est un espace sacrée, elle doit impérativement être protégée et on doit pouvoir la protéger.

Le juge auquel nous avons eu à faire dans le cadre de la mise sous tutelle, m’a assuré que j’aurai à faire à quelqu’un de bien ! et, il aussi été capable de nous prévenir, en disant « Posez les documents sur la table car si non, vous les poserez plus tard, sur la balance !

Regardons encore une fois la scène :

Le papa décède, la maman se retrouve sous tutelle, elle perd la main parce qu’elle perd la tête ? non, car elle n’a jamais eu la main ! par contre, elle est pleine d’illusions sur son fils. C’est dans ce contexte là, que la fille de la famille se fera agressée … alors que sous le coup de la tutelle la mère ne peut plus rien voir.

Ses dépenses s’envolent, elle n’est pas bien suivie , et au final dans la continuité de ce vortex infernal, c’est un interne qui m’annoncera à sa fille, que sa maman est morte ?

Madame, j’ose dire ma sœur, puisque ceux qui prient sont unis et forment une seule et même famille ! c’est une idéaliste et utopiste créatrice de projets : Panthéon de la Paix et du Dôme Universel , qui parle. Si, je consens à l’évoquer et vous le confie c’est que ça aussi, ça a contribué à l’installation du malheur ! Je planais ! J’étais haut perchée, je travaille alors intellectuellement, sur les sommités de notre humanité, je suis perchée, aux limites du visible et de l’invisible, je cherche à rendre le monument que j’ai sous les yeux, visible ! Bonne chose ou pas….Je suis à des siècles et des siècles, à des années lumières de, ne serait ce qu’imaginer, ce qui se trame et ce qui se passe à 800 kms de là, sur Terre. Je planais ! Celui qui possède une plus ample vision que la mienne peut voir ici, un égarement de ma part. Il arrive que de jeune pratiquant se retrouve à stagner, de l’autre coté, en arrière plan, au royaume du père comme on dit dans la religion chrétienne. Ils se retrouvent là, soit parce qu’ils se croient arrivés à destination ou bien par confort. Dans la mesure où j’ai cumulé les erreurs, erreurs qui ont engendrées de grands malheurs et beaucoup de souffrances, je prêterai une oreille attentive aux conseils qui me sauraient donnés, sur cet épisode.

Ma descente va être rude et se faire sans parachute, à l’arrivée je suis sonnée…brisée par ma chute vertigineuse et je me retrouve plonger dans le noir complet. C’est donc, en tâtonnant, parfois même en fonçant dans les murs que j’arrive à obtenir quelques repères, c’est devant l’attitude de mes ennemis, que j’arrive grossièrement à calculer ma possible latitude et longitude , ma position dans une situation que je n’ai pas vu arrivé et que je n’ai pas voulu . Je suis tombée tout droit en Enfer, c’est une notion significative pour une pratiquante chrétienne, elle permet d’évaluer la souffrance. Je parlerai quand à moi de tunnel comportant des vortex, où, je me retrouve isolée, seule ; séparée de maman, privée de la vue , de l’ouïe et de l’écoute , coupée du monde, enfermée dans ce bas monde et confronté à des gens qui pour moi…font des choses immondes ! J’y crois pas et l’énormité de ce qui est proféré m’emmène à douter de tout et de tous. Personne ne m’entend et moi, et moi j’attends désespérément, qu’on me réponde, qu’on me fournisse des éléments mais rien ne vient. Et, en même temps, je ressens qu’il y a du monde caché à l’arrière plan.

Heureusement, heureusement que quelques années auparavant, ma nièce m’a transmis quelque chose de tres précieux, un joyau ! Prières et méditation sont les liens qui nous permettent de restaurer nos forces et l’amour des miens m’a porté, transporté quand ce fut nécessaire, j’ai jamais renoncé, à avancer. J’étais pourtant, tout comme mon fils, qui lui , ne s’en ait toujours pas remis, en mille morceaux et il me fallait impérativement recoller les morceaux . Ces liens et forces indestructibles, qui résistent à tout et ne vous lâchent jamais et surtout pas en Enfer m’ont guidés et alimentés. Sans quoi, je serai morte dans ce trou noir, et personne n’aurait cherché la vérité.

Je vous demande quelque chose de simple et nécessaire : Raconter, ce à quoi vous avez assistée.

Vous n’êtes pas médecin ou infermière, vous n’êtes pas plus héritière de ma mère. Par contre, vous etiez là, à la remise des documents, et vous avez assez de connaissances pour évaluer l’état de maman et dire à la cour de Pau que ma petite maman ne comprenait pas tout.

°°°

Madame,

Le fait que vous m’avez confiée etre pratiquante, me donne confiance en vous.

La Vie ne peut souhaiter la mort, la Paix ne peut vouloir la souffrance, l’Amour la punition, la misère et le malheur pour l’autre et à fortiori un/une pratiquante pas plus !

Demain , 15 aout, les chrétiens célébreront l’Assomption de la Bienheureuse Vierge-Marie Plus prosaïquement, c’est là que la forme rejoint le fond, avec ce moment de rassemblement, où ensembles nous prions, est un moment où, ce qui compte, est d’accueillir chacun tel qu’il est pour ensembles communier . A nous tous réunis, nous ouvrons en quelque sorte, une porte, on frappe à la porte. Et Dieu, qui nous entend, nous y attend. Certes on fête là, une mort, mais en réalité, c’est là un rituel et un enseignement qui nous renvoie à la Vie et à l’Amour à travers l’Assomption !

L’une des personnes en qui, j’ai spirituellement confiance, devant le dilemme qui se présente à vous, m’a dit que vous deviez vous questionner en ces termes « si c’était le dernier jour de ma vie, qu’elle option je prendrai ? ». Car, en effet, il vous appartient de décider, personne ne peut le faire à votre place.

Il m’a rappelé, une fois de plus, qu’on ne peut pas changer les gens. La seule option que nous avons est de changer nous même. Il existe des personnes qui en sont incapables ou qui ont besoin de se faire aider, pour y arriver.

Mon frère a évoqué mon passage en prison, moi je vous dit que nous sommes tous en prison. Face au pourrissement de la situation, afin qu’il n’y est d’autres victimes, il faut débloquer la situation.

Nous n’avons pas à nous prendre pour Dieu ! Karmiquement parlant, c’est grave. Pourtant, une personne au sein de ma famille, d’une certaine façon et de façon certaine, se prend pour ce qu’elle n’est pas… De surcroit, il s’instaure un Dieu vengeur, accusateur, délateur, diviseur…Rien à voir avec le Dieu que nous prions et qui nous inspire.

Nous n’avons pas à juger, ni à nous rendre justice, cela ne nous appartient pas et j’ai l’intime, profonde conviction que, c’est ce qui s’est passé…

Personnellement, je remets « Tout », c’est-à-dire « ce que je sais comme ce qui m’est encore cacher » à Dieu, la haut. C’est à lui qu’il convient de pardonner, de réparer, de guider, de protéger, d’éveiller, de réveiller si nécessaire la personne qui au sein de ma famille, a commis de graves erreurs.

Pour revenir à demain, le mot ‘Assomption’ provient du verbe latin ‘assumere’, qui signifie « prendre », « enlever », j’ai regardé sur le dictionnaire.

Alors, c’est le moment d’enlever, de dégager ma maman de cette sombre histoire, on ne doit plus la prendre ce qu’elle n’est pas et s’en servir d’alibi et de bouclier.

Il est temps maintenant d’assumer , ce qui a été fait !

Y a un proverbe qui dit : “Quand tu lances la flèche de la vérité, trempe la pointe dans du miel”.

Je l’ai fait, en vous disant que je vous pardonnais, j’estime l’avoir fait. Seulement, pardonner c’est une chose, qui ne veut pas dire renoncer à la vérité !

Je suis maman aussi, je suis chargée de veiller sur mon fils gravement accidenté, handicapé. Je vous le dis, il est urgent que cette histoire s’éclaircisse et se termine, je dois pouvoir consacrer toute mon énergie et mon temps à veiller sur lui, à rechercher toutes aides qui puissent existées sur Terre ( et au Ciel) pour le réparer , car on l’a cassé ! Comme on a cassé ses parents, par inconscience ? ou par mépris, je ne suis pas en mesure de me faire un juste avis et…j’aimerai tourner la page.

Demain c’est l’Assomption ! Il se trouve que chez les orthodoxes, la mort de la Mère , entourée des apôtres, sa résurrection et sa glorification s’appelle la « Dormition ». C’est le pape Benoit XVI qui a rappelé que la Dormition précède l’Assomption. Rien de plus exact, dans le cadre de notre histoire, et vous avez aidé, sans le savoir le fils, mon frère a endormir notre mère, pour qu’elle ne puisse pas voir qu’il ne respectait pas ses prescriptions. Heureusement….vous l’avez fait sans le savoir, il s’agit juste de le faire voir et valoir.

Les mots : dormition , dormeuse, dormir, la racine de ces mots, en grec ancien est identique ( κοίμησις / koímêsis), j’ai regardé dans le dictionnaire . Et ce sont bien là, les maux qui nous ont frappés maman et moi alors que nous étions en plein rêve et en plein cauchemar, en ce qui me concerne. Ma petite mère , comme une belle au bois dormant, avait confiance en son prince et le trouvait charmant . Moi je planais, je planais au dessus des sommets avant de me retrouver à exploser en vol. Encore une fois, seul mon père et mon demi frere, ne dormaient pas !!

Que faire, si un fils , un frère perd l’esprit, l’esprit de famille, de solidarité, de fraternité, et le saint esprit , si, il est éventuellement pris de super mariolâtrie (adoration idolâtre de la mère plutôt que du père) ?

Il faut qu’ensembles, vous, moi, nos frères et nos sœurs, nous prions pour ceux qui ne le font pas !

Vous le savez, je le sais, en tant que pratiquantes, nous croyons et vivons par et pour la Lumière. Que vous-même empruntiez, la voie chrétienne, que je sois passée moi , par le bouddhisme et autres, nous allons vers elle ! Bien des chemins mènent à elle mais il n’existe qu’une seule voie pour y accéder, la voie ascensionnelle, Assomptionnelle , en ces circonstances exceptionnelles et annuelles, alors demandons ensembles, la LUMIERE !

Amen

Pour ma mère, mon père et mon fils, ma sœur, mes frères, leur père, pour ceux qui sont en situation ou en état de faiblesse, pour tous, la Lumière est source de vie, sans elle on meurt, elle est la chaleur indispensable au développement, au comblement de la douleur, il n’existe pas meilleure médecine et de meilleur guide pour everybody . Seule la Lumière anéantie l’Ombre !

Reconnaitre les bonnes et les mauvaises actions, atténue les fautes,
et aide à trouver des pistes de progrès et à ainsi obéir au ciel.

Apres le 15 aout, dans les jours qui suivront, arrivera un moment important . Nous allons passer alors de l’invisible au visible, du fantasme au réel ! Cela peut faire souffrir, mais le contraire de même a, non seulement fait souffrir mais a amené à des catastrophes. Passer du visible à l’invisible, du réel au fantasme, fait souffrir celui qui n’a d’autre option que de le subir, tout en essayant et en veillant à ne pas succomber sous une pression oppression, trop lourde. Et, lorsqu’on s’aperçoit, que ce n’est pas vous qui avait fini par succomber mais que c’est votre fils, votre père, votre mère…y a de quoi hurler sa douleur, se tourner vers Dieu, vers la Lumière, l’Energie divine et attendre une prise en charge, le rétablissement de l’équilibre, la restauration, la guérison !

(En ce qui concerne les choses matérielles, archives, affaires personnelles, bijoux, et l’argent ! on verra, on verra si, c’est en lien avec ce qui nous est arrivé, cela se situe sur un autre plan, un plan matériel.Ce que je ne veux plus, c’est une famille en désordre, qu’on nous donne des ordres et qu’on décide de notre destin.

J’ai besoin de faire mon deuil, besoin de mettre toute mon énergie a soulager, veiller sur un survivant, handicapé, brisé, morcelé qu’il faut aider à se reconstituer.

Mon frère, m’a dit un truc que je ne sais comment, prendre et comprendre, il m’a dit « qu’il n’était plus tout jeune » idem pour moi, je me suis faite des cheveux blancs, j’ai vieilli d’au moins mille ans. Personnellement, non seulement je dois tout tenter pour réparer les blessures de mon enfant, (qui bien qu’adulte reste mon enfant, comme je le suis pour mes parents) et pour autant, je ne dispose pas d’autant de facilité. Alors, justement, si il se sent vieux, pourquoi faire trainer cette histoire en longueur ? on va tous mourir dans ce nid de mensonges.

Qu’il se pose et pose tous les éléments sur la table et …si jamais, c’est grave….que parler est trop douloureux, qu’il écrive ! s’il ne peut pas ecrire, qu’il s’arrange avec Dieu, seulement voilà, il n’y crois pas…. aussi qu’il répare comme il peut.

Sur ce , je vous quitte en disant :

« Unis qui prient ! »

Qu’à tous, cela puisse profiter.

Demain c’est l’Assomption

Madame,

Sagesse, prudence nous impose d’attendre d’avoir réunis toutes les pièces avant de parler.

Si, je me rend au commissariat,  pour dire : je ne comprends pas pourquoi on me traitre comme ça, pourquoi on dit ça, pourquoi on écrit ça… très vite, je ne peux plus répondre aux questions car , je sais pas…si, je m’aventure,  je peux très vite tomber dans la médisance. Et,  par  manque d’éléments déterminants ou de certitudes, notre mental nous amène facilement à prendre des vessies pour des lanternes  ou bien, comme il est dit dans l’enseignement bouddhique, à prendre un bout de bois mort, pour un serpent .  Je serais d’autant plus impardonnable, que je le sais. Si,  apprendre est primordial,  mettre en pratique, ce qu’on nous enseigne, l’est tout autant.

Les choses sont en train de changer, même si c’est laborieux,  que j’ai  une  sensation d’enlisement,  ça  avance.

Plus,  j’obtiens d’informations, d’éléments et plus je pense que « vous ne risquez rien » pour la bonne et simple raison que vous n’aviez pas, de même que moi et maman (et papa , à partir d’un moment) la claire et nette vision !

Cette amélioration de la vision ne peut que,  diminuer  et pour finir  anéantir,  toutes suspicions. Suspicions  qui sont de même,  dues,  à l’impossibilité de savoir ce qui se trame, en temps réel.

Mes amis pratiquants, tout comme mon généraliste qui est aussi , de part son cursus, psychothérapeute/comportementaliste mais préfère un statut de généraliste,  l’a fait,  lorsque je lui ais présenté le certificat  rédigé par un médecin qui déclare que j’ais des troubles de la personnalité, et a qui cela a déclenché, un fou rire,  alors que moi,  j’étais en larmes, dés lors qu’ils m’ont tous vus en grande souffrance,   toutes ces  personnes,  en qui j’ai confiance, dont je connais la probité, la recherche et les compétences,  m’ont dit :  Parle lui ! Parle leur!  selon mes amis pratiquants, je dois le faire,  à cœur ouvert, avec le cœur.

Certes, mon cœur  une fois ouvert a laissé échappé de la colère, colère suscité par l’incompréhension, la sidération face à ce qui se passer, comme face à ce qui s’était passé….Pour moi, ce qui se passe est ENORME  et ce qui s’est passé GRAVE. Et, ce qui va se passer,   étrange, car je vais me montrer incapable de défendre ma famille…

°°°

Je fais un petit crochet sur l’actualité, car pour la 1ere fois, le Vatican rappelle que la paix, le pardon, la réconciliation et le dialogue sont nécessaires, ce sur quoi tout le monde est d’accord, mais en l’absence, il vient de donner son feu vert a des frappes militaires.

De son coté, le saint père, en vue de la Défense  des victimes et non pas l’Attaque de ces ennemis bien réels, que sont les djihadistes en Irak ,  a dit :                                                                                                                                                                             «La situation dramatique des chrétiens, des yazidis et d’autres communautés religieuses et ethniques numériquement minoritaires en Irak exige une prise de position claire et courageuse de la part des responsables religieux, surtout musulmans, des personnes engagées dans le dialogue interreligieux et de toutes les personnes de bonne volonté. Tous doivent être unanimes dans la condamnation sans aucune ambiguïté de ces crimes et dénoncer l’invocation de la religion pour les justifier».

Le 16 novembre 2013 ( 16 novembre = anniversaire de maman) dans son obélie, le pape Francois a dit :

« Dieu est faible face à la prière de son peuple. Donc la prière est la vraie force de l’homme: il ne doit jamais se lasser de frapper à la porte du cœur de Dieu, de demander de l’aide parce quand il est appelé à défendre son peuple, Dieu est implacable ».                                                                                                                                    Cette obélie comme tout ce que dit,  le papa François se doit d’etre lu ou/et relu.  Ici, il tient à souligner que le Seigneur écoute ses filles et ses fils :

« Dieu fait, fera, justice, à ses élus, qui crient jour et nuit vers Lui. Ainsi a-t-il fait : quand il appelle Moïse et lui dit : j’ai entendu les pleurs et les plaintes de mon peuple. Le Seigneur écoute » (cf. Lc 18, 1-8).  »                                                                                                                                                                                                               «Quand le Seigneur prend la défense de son peuple, il est ainsi : c’est un guerrier implacable et il sauve son peuple. Il sauve, il renouvelle tout : toute la création fut modelée à neuf, dans sa propre nature comme auparavant » Et, il se questionne, il nous demande : «  Mais si cela est la force de Dieu, quelle est la force de l’homme ? C’est celle dont a témoigné la veuve dont parle l’Évangile » a-t-il expliqué «  celle qui frappe en continuation à la porte du juge ».                                                                                                                            « Frapper, demander, se plaindre de tant de problèmes, tant de douleurs, et demander au Seigneur la libération de ces douleurs, de ces péchés, de ces problèmes. Telle est la force de l’homme, la prière »                                                                                                                                                                                                   « même la prière de l’homme humble » a-t-il précisé «  parce que s’il y avait une faiblesse en Dieu » a-t-il encore expliqué «  celle-ci se manifeste justement vis-à-vis de la prière de son peuple. Le Seigneur est faible uniquement en cela » il entend et devant tant de douleur, il viendra à la manière d’un guerrier implacable.

Approfondissons la question de cette possible intervention armée :

1/ pour bien comprendre la décision du Vatican

2/ parce que ce qui est dit par lui et le saint pere, est de même,  approuvé par d’autres religions. Cette sagesse s’appuie sur des principes qui sont  universels et se base sur des lois qui régissent l’ensemble de l’univers, sur des lois cosmiques, traduites sous tel ou tel prisme, et  ici le prisme de la religion catholique.

3/ parce que, derrière le mot peuple, on parle d’individus victimes et d’agresseurs

Le Vatican dit : Il faut  qu’il existe, ce qu’on appelle, traditionnellement,  une “juste cause”.                                                       Les textes récents du magistère n’en mentionnent que 3 :.

1)la “légitime défense” contre une agression armée. “On ne saurait dénier aux gouvernements, une fois épuisées toutes les possibilités de règlement pacifique, le droit de légitime défense… Mais faire la guerre pour la juste défense des peuples est une chose, vouloir imposer son empire à d’autres nations en est une autre” (Vatican II, Gaudium et spes, 79, 4).

( remplaçons le mot  peuple par celui de  victime et d’agresseur, chaque fois que cela est possible )

2) l’intervention pour secourir un peuple agressé. Le cas est évoqué par Jean Paul II en ces termes : “Quand les populations civiles risquent de succomber sous les coups d’un injuste agresseur et que les efforts de la politique et les instruments de défense non violente n’ont eu aucun résultat, il est légitime, et c’est même un devoir, de recourir à des initiatives concrètes pour désarmer l’agresseur” (Message pour le 1 janvier 2000, Doc. Cath. 2/2/00).

3) le cas de la révolte armée d’un peuple opprimé par “une tyrannie évidente et prolongée qui porterait gravement atteinte aux droits fondamentaux de la personne et nuirait dangereusement au bien commun du pays” (Paul VI, Populorum progressio, 31). Cette hypothèse n’est évoquée qu’en incise, dans une phrase prônant la résistance aux oppressions par des moyens autres que militaires.                                    (Mais, lorsqu’ ils ont été employés sans succès ? on se demande si, il ne vaut pas mieux insister encore  ?  Comme le préconise le pape Francois  dans son obélie du 16 novembre 2013 !? )

Avec ça, il y a la notion : d’Ultime recours

Aucune violence, même défensive, n’est légitime si elle ne constitue pas un “ultime recours”. Notion essentielle, mais d’interprétation difficile : pour affirmer que d’autres moyens que militaires seraient inefficaces, il faut laisser du temps. Mais l’agresseur peut en profiter, par exemple en faisant durer des négociations à la seule fin de gagner du temps pour créer un “fait accompli”.

La Proportionnalité 

Le recours aux armes ne se légitime, même pour une cause juste, même en “ultime recours”, que si l’on a toutes les raisons de penser qu’il ne provoquera pas des destructions d’une ampleur telle que le remède apparaîtra pire que le mal. Il s’agit en somme, selon une “éthique de responsabilité” bien comprise, de prendre en considération toutes les conséquences de la décision que l’on prend, et pas seulement à court terme (nombreuses victimes, destructions), mais aussi à moyen et long termes (conséquences sur les relations entre peuples, germes de violences futures, désirs de vengeance, etc.).

Pie XII déclarait en 1953 : “Lorsque les dommages entraînés par la guerre ne sont pas comparables à ceux de l’”injustice tolérée”, on peut avoir l’obligation de “subir l’injustice” (Documentation catholique, 1953, col 1413). Quatre jours avant le début de la guerre de 1991, Jean-Paul II soulignait, devant les ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège qu’une guerre serait “particulièrement meurtrière, sans compter les conséquences écologiques, politiques, économiques et stratégiques” ; et il rappelait que “le recours à la force pour une cause juste n’est admissible que si celui-ci est proportionnel au résultat que l’on veut obtenir et en soupesant bien les conséquences de l’action militaire”.

Espérance de succès

Simple conséquence du principe précédent : nul recours aux armes n’est éthiquement acceptable s’il n’existe pas de probabilité raisonnable de succès. On ne ferait alors qu’ajouter les destructions de la guerre à celles de la situation présente.

Autorité légitime

Le recours aux armes ne peut être décidé que par “l’autorité légitime”, celle qui a la charge du “bien commun”. De qui peut-on dire aujourd’hui qu’il est en charge du bien commun international ? On pense évidemment à l’ONU, dont c’est le rôle. Mais si l’ONU est indifférente ou paralysée si l’autorité légitime est indifférente ou bien paralysée ???????? faut –il se resigner ) , faut-il se résigner à laisser se poursuivre un génocide ou une purification ethnique ? D’un autre côté, s’affranchir trop aisément de l’aval de l’ONU, c’est laisser revenir le danger de “guerres privées”, entreprises par les seuls pays qui en ont les moyens, non pas au nom du “bien commun” de l’humanité, mais de leurs visées propres.

Intention droite

Il est immoral de chercher à atteindre par les armes, sous couvert de “juste cause” à défendre, des objectifs différents que ceux que l’on prétend poursuivre. C’est ce qu’on appelle l’exigence d’ “intention droite“.

Immunité des non-combattants

Un autre aspect de cet enseignement concerne non plus les conditions qui doivent être toutes réunies pour décider de recourir aux armes (Jus ad bellum : droit à la guerre), mais les limitations à respecter dans la conduite même des opérations militaires (Jus in bello : droit dans la guerre).

Il s’agit essentiellement du devoir de ne pas s’en prendre délibérément aux non-combattants. (  = ne pas se servir d’’eux) Ce “principe de discrimination” (entendre : entre combattants et non-combattants), se fonde sur la nécessité de ne faire que les exceptions strictement nécessaires au devoir de respecter toute vie humaine. Essentielle dans la tradition chrétienne comme dans le droit moderne de la guerre (notamment les Conventions de Genève de 1949) et dans les divers règlements intérieurs des armées, l’interdiction de s’en prendre délibérément aux non-combattants fonde la condamnation éthique du terrorisme (qui prend pour cible des passants dans la rue, les consommateurs dans un café, les passagers d’un avion) et celle de toute stratégie de destruction massive, notamment la stratégie dite “anti-cités”.

Comme le déclare solennellement le Concile Vatican II, “tout acte de guerre qui tend indistinctement à la destruction de villes entières ou de vastes régions avec leurs habitants est un crime contre Dieu et contre l’homme lui-même, qui doit être condamné fermement et sans hésitation” (Gaudium et Spes, 80).

 Tout comme le déclarera n’importe quel pratiquant sur Terre, religieux ou laïques tout aussi solennellement.  Et par delà,  tout Concile,  tout sceau de plomb qui scellerait tous documents importants,  et autres,  conciliabule où présiderait de façon ordinaire des sentiments de malveillance ou d’hostilité,    quoi qu’il  en soit, quoi qu’il arrive :                                          « Tout acte qui tend indistinctement à la destruction des membres d’une famille, de leur enfant et petit enfant est un crime contre la vie et contre soi même !  »  Nous sommes tous d’accord pour dire cela.

Ne vous y trompez pas, si je cite le pape Francois, bien que je ne sois pas catholique, que je n’aille pas à l’église ou au temple,  je suis  pratiquante.  Je prie  seule et avec d’autres.  Et puis, je m’intéresse depuis un moment,  aux maitres spirituels comme à tous autres esprit lumineux.                                                                                                                                         Avec ça, m’intéresser au discours de votre chef spirituel, c’est aussi,  essayer de vous comprendre, de mieux  vous connaitre car c’est le seul moyen que vous offrez. Sans quoi, je ne sais rien de vous, on ne trouve rien sur vous, si ce n’est une boite postale, alors,  c’est sur la base de vos croyances que  je peux en connaitre  un peu plus, au moins,  sur  votre fonctionnement.                                                                                                                                                                                                  A travers la mesure mise en place, un tuteur rentre dans un cercle familial, il est normal qu’en tant qu’enfant de l’intéressée, on puisse voir et savoir si ça va bien se passer entre l’intéressée et celle,  qui va,  maintenant s’en occuper.         Je vais vous raconté quelque chose qui est,  malheureusement,  arrivée à la fille et à un son père sous tutelle. Une tutrice catholique,  pratiquant à l’extrême, se retrouve à s’occuper de son père de confession juive, non pratiquant et veuf, qui lui se trouve tout comme maman,  éloigné de son enfant. Cette tutrice en conflit avec la fille a fait enterrer le père sous un rituel catholique.  Je reste, dans le cadre de cette histoire, sur un plan éthique mais cependant, une trop grande différence d’appartenance et avec ça,  l’absence de dialogues  peuvent engendrer,  à d’autres niveaux, des problématiques,  moins en lien avec l’éthique, d’ordres plus pratiques.

Vous êtes intelligente, vous êtes pratiquante, vous ne pouvez que comprendre ce que je mets en évidence, car vous êtes dans une voie de perfectionnement, sur la voie !  tout simplement.

°°°

Dans la vie,  y  a toujours des paroles qui nous frappent assez,  pour qu’on les garde en permanence,  à l’esprit.  Maman m’a transmis des tas de choses à travers des dictons, des proverbes, par exemple, je pense que tout bébé déjà, elle devait me murmurer à l’oreille «  Gentil n’a qu’un œil » et vous verriez, si j’en venais à devoir raconter mon histoire pour raconter NOTRE histoire, vous verriez que cela m’a marqué et que cela m’a même trompé. Ca reste le seul aspect rigolo d’une autre histoire qui a eu sur ma vie des conséquences négatives, mais revenons à celle qui nous concerne.

Madame,

 Voyez bien que lorsque je pose des questions à mon frère Alain,  n’y répond pas et finit par me dire que vous étiez au courant… ??…ce que j’aimerai bien savoir c’est «  au courant de quoi » ?

Le seul moyen que j’ai de le savoir est de passer en revue les documents, mais pour l’instant, tout continue à ne pas se passer normalement.

Quoi qu’il en soit…il compte assurément se servir de vous à nouveau.  Aussi, il n’y a  rien d’étrange à ce que je vous demande  à mon tour, de bien vouloir raconter, ce dont vous avez été témoin.

Je ne viens pas vous demander,  de dire que mon frère est fou, qu’il est méchant, qu’il a fait boire  maman. En aucun cas,  et jamais, je ne vous ais demander ça.  Je vous demande juste, de faire en sorte d’etre dans une attitude juste et équitable, et de continuer, ce que vous avez commencer = protéger ma maman, mais cette fois , avec moi.

Que tout ça,  soit bien délicat, je le comprends.  Que le fait de ne rien risquer vous-même puisse vous peser, si jamais il existait des raisons à toutes ces cachoteries, ça peut aussi se comprendre.                                                                                 Voyez  que je mets des gants et ne laisse pas aller mon imagination, je  cherche avant tout à tout reconstituer.

Sur la question du prix de la vérité, car c’est bien de cela qu’il s’agit,  cela m’a aussi torturée.                                                     On nous recommande, à nous pratiquants,  quelque soit l’origine culturelle des cultes ou enseignements que l’on suit, de ne pas faire de mal à autrui.  Dans la religion chrétienne, on dit même, de tendre l’autre joue.                                                                                                                                                                                                                    Aujourd’hui , que mes parents sont morts, doit -on se battre pour la vérité ?  Quitte à se mettre en danger, quitte à bouleverser  des vies  ou une famille ?

Je ne sais pas, je le saurai lorsque j’en saurais d’avantage et, j’ai pas la sensation de décider mais plutôt de subir.

J’ai commis de multiples erreurs, cela a eu des conséquences sur mon père, ma mere ,  mon fils et moi-même.  Exemple, je n’ai pas réalisé l’erreur que s’était que  de laisser des gens médirent sur vous.  C’est comme leur paver la route !  Mais, pire encore, cela a des répercutions sur vous…quand je dis que j’ai bien failli mourir, c’est vrai. On va s’attaquer à ma famille, ça se passe alors que je suis en deuil, on va me traiter de folle, le tout représente quelque chose de grave.                                       Je dois impérativement, rétablir la vérité : Je ne suis pas méchante, ni folle, ni rien de ce qui a été ne dit sur moi. Je n’ai toujours pas compris pourquoi, mes adversaires n’ont pas eu l’idée de regarder ailleurs,  si s’était pas moi…c’était forcement, un autre ?

Ce qui n’’était pas prévue c’est qu’alors que nous allions en Cassation,  le décès de maman surviendrait.

°°°

En tant que pratiquantes, on nous  apprend que si , l’occasion survient, nous devons aider la veuve et l’orphelin. Je vais compléter en disant, si l’occasion se présente, nous devons venir en protection des  morts et en aide aux orphelins.

Je vois bien que vous n’avez pas peur pour vous-même, ni pour l’équipe, et,  il ne faut pas non plus avoir peur pour mon frère A, il n’est,  ni isolé, ni seul, il fait même partie des retraités plutôt favorisés. Il fait partie d’une catégorie sociale supérieure à la notre,  est intelligent,  prudent,  prévoyant bref, il n’est en RIEN,  dépourvu. Il sait attaquer, il sait se défendre et en a les moyens.

J’aimerai que vous me disiez pourquoi, lui qui compile des archives,  donc qui est tout a fait conscient de l’importance des archives et ici,  il s’agit de celles de ma famille,  il ne souhaite pas que j’y accède ou bien fait des mystères ?

Il n’est pas gériatre, généraliste, infirmier !  C’est plus facile pour moi, de noter ce qu’il n’est pas, que de dire ce qu’il est,  à l’exception de ce qui se voit  et que je viens de vous rappeler. Il est trop fermé,  discret, a un gout prononcé du secret. J’ai oublié un truc important, il est aussi l’employeur de l’equipe médicale.

N’ayez pas peur ,  regarder bien et  voyez vous-même que  les seuls,  qui risquaient , risquent quelque chose, c’est Nous !  Mon fils ! mon père ! ma mère ! leur fille . C’est ma famille. Pareillement bien que différemment,  bien évidement, morts et survivants  se doivent d’être protégés

°°°

je voudrais vous montrer aussi que, si, si pour n’importe quelle raison, j’abandonnais mon fils, si aveuglée par les préjugés, les fausses idées je livrais mon enfant au service public ou à des seuls tiers, ça serait dangereux.                                                   Vous avez vu et su, ce qui est arrivée à Sabine Bonnaire,  sœur de la comédienne de « Sans Toit Ni Loi »  Sandrine Bonnaire ?  Il arriverait la même chose à mon fils .                                                                                                                                  En verité, personne, aucune équipe même la plus qualifiée, la plus compétente du monde  ne peut remplacer, une mère, une fille, une sœur. Tout le monde doit rester à sa place, et faire sa part.

°°°

je dois vous dire aussi que, Je ne signerai rien à l’aveugle. Inutile d’y aller de menaces, j’ai montré dans le passé que pour moi, la Lumière, ma famille, la Lumière sur ma famille était sans comparaison possible,  plus importante que tout.

Vous avez entendu et lu,  ce qu’on m’a mis sur le dos ! je suis sensée être  le mal incarné, de quoi vous faire mourir mais aussi vous conduire en prison, mais pourquoi donc ? Qu’est ce qui justifie la violence qui s’est exercée ?

Vous n’avez pas jusque là,  répondu pas à mes courriers.

De mon coté, je me dois d’Ouvrir, là où c’est Fermé ! De supprimer les huis clos car notre histoire a  montré que cela représente un danger, à cause de cela, au moins par 3 fois,  ma lignée a été frappée.

Regardons  un tantinet dans le passé, face à quelle scène  du vivant de papa,   mon frère est tombé.

Nous avons  là, 2 hommes qui ont la même sensation et pensent la même chose : qu’ils se sont fait voler))))

L’un d’eux est le patriarche, le chef de famille, le père !  L’autre son  beau fils et au milieu, l’épouse et la mère de famille, et à  780 kms de là, la fille du couple, la fille de la famille.

Maman  en 1960 va divorcée de son mari Pierre M,  père de mes frères, parce qu’elle est tombée amoureuse de Marc , ça arrive…Alain lui-même reconnait que ça arrive, lui-même ça lui est arrivé.

Maintenant, revenons quelques instants sur un proche passé. Aucun citoyen n’a pu passer à coté du drame Bettencourt.  Pour ceux qui seraient quand même passés à coté, ils peuvent malgré tout revoir l’interview que mme Liliane Bettencourt a souhaitée, sur le Net. En effet, mme Liliane Bettencourt a voulu s’exprimer lorsque sa fille, prévenue par des tiers de certains usages qui étaient de forts mauvais présages,  a demandé qu’on examine sa maman, que faire d’autre ?

En regardant et en  écoutant l’interview de mme Bettencourt mère, le commun des mortels n’est pas capable,  devant une dame si bien apprêtée,  répondant sans problème aux questions et parfois même énergiquement, de  comprendre qu’y a matière à s’inquiéter. Mme Bettencourt répond  bien, excepté sur  la fin, où, on voit  bien que lorsque  la journaliste s’intéresse à sa générosité, elle recommence à avoir des troubles de l’audition et perd manifestement l’envie,  de répondre à toutes les  questions.

Suite à ce même document,   aux réponses et aux non réponses aux questions qui sont posées à l’intéressée, le juge a compris lui,   qu’il fallait absolument qu’un gériatre examine cette dame.

De leur coté, ne pouvant plus éviter que la Justice et des spécialistes s’en mêlent, le bataillon d’avocats a essayé de retarder les choses.  Quand l’expert nommé par le juge a rendu son diagnostic, par la suite, ce même juge a décidé de mettre certains  en examen, compte tenu que les capacités de mme Bettencourt s’avéraient diminuées, que son raisonnement etait erroné puisque fondé sur de simples illusions.

Vous qui avait recu une formation, ou qui vous etes intéressé au sujet, vous saurait probablement décrypter ce,  qui  dans les réponses de mme Liliane Bettencourt peut laisser croire que son cerveau est maintenant usé, fatigué, altéré ?

Je mets en avant cette affaire hors normes, dont on parle parce qu’elle touche une famille au train de vie hors norme, une famille connue et  qu’elle porte sur des sommes inimaginables, pour des gens comme nous = ma famille ou tous ceux qui font parti de la meme catégorie sociale.

Alors, regardons un peu ce qui se passe, plus pres de nous « chez nous » :

Il n’y  pas d’avocat…  on a bien par contre, un  medecin.  Lequel ne répond pas à mes récents courriers, certes il ne l’a jamais fait auparavant, cependant,  qu’il  ne le fasse pas plus,  maintenant, maintenant que la situation a changé et  que je me retrouve à devoir,  tout reconstituer, ça porte à s’inquiéter, à se questionner ?  il n’y a plus de secret professionnel !

Notamment, je lui demande,  le nom du spécialiste vers lequel il a orienté maman, suite au diagnostic fait par son collègue mandaté ? J’ai peur qu’il ait oublié de faire suivre maman …                                                                                                                                                                                                                      Certes, nul besoin de prouver que maman n’avait plus la même perception de la  réalité que nous, mais souvenez vous  que ce même médecin  a établi un certificat où il affirme que  c’est : non pas maman,  mais bien qui ait des troubles de la personnalité.

Cela a du jouer, car apres ça je n’ai plus été,  écoutée !?

Je suis obligée de vous dire que  « Vous »,  car indépendamment et seul,  vous n’auriez pas pu… mais là, en groupe et  soutenu par les rouages du système en place, vous avez pu,   faire de moi,  un fantôme !  c’est-à-dire quelqu’un d’invisible et d’inaudible !   Une écorchée vive  que vous n’avez eu cesse,  de piquer, une errante avançant à tâtons, dans un tunnel obscur et au fluide glacial. Un lieu dont on ne distingue pas la fin, où des cris de souffrances résonnent, sans qu’il n’y ait âme qui bouge.                                                                                                                                                                                         Reconnaissez que voilà ici,  un moyen :  de nier, de renier, de supprimer  quelqu’un  ou bien ne vous rendez vous pas  compte de la violence de ce qui a ete  fait ? Vous auriez pu me tuer !  tout ça a forcement inquiétée ma petite  maman.

Je vous accorde qu’un faux certificat, c’est ENORME ! un médecin qui s’amuse à faire un certificat sur une personne qu’il ne connait pas ( il me connait de vue,  pas plus) ,  y a quelque chose qui va pas ?   Imaginez qu’avec ça, il n’est pas voulu que maman soit examinée par un gériatre ? Peut-on percevoir dans ce cas, les raisons de son silence ? les raisons de bien des silences qui vont alimenter bien des souffrances ?

Comme vous l’aurez constaté, il est arrivé la même chose à mes 2 parents !

Ce n’est quand même pas la faute de mon frère ,  il n’est pas médecin ou infirmière , vous même, ne l’êtes pas,  plus .

Le seul truc est que   je l’avais  prévenu des risques qu’il y avait,  à ne pas chercher à éclaircir ce qui été arrivé à papa ainsi que de,   la dangerosité du système et  je vais apprendre  avec ça, qu’ il est l’employeur de cette équipe.

Je  rassemble les témoignages.

Vous l’avez dit vous-même, interrogée par la cour d’Appel «  madame ( maman)  comprend plus ou moins »

Quand maman a apprit ce qui se passait,  elle m’a dit « défends-toi » et j’ai essayé ! mais je n’avais pas imaginé qu’elle allait partir si vite !?et, je ne comprends pas, pourquoi à Tarbes, on ne comprends pas ce qu’ailleurs, les gens comprennent ou subodorent assez vite, si ce n’est,  tout de suite…je ne comprends pas pourquoi mme la juge ne me reçoit pas etc etc etc

C’est en plein deuil que je vais etre frappée une premiere fois. Les visages vont changer à la mort de papa.  Je pose trop de questions, je crois…Je dérange, faut l’avouer.

Mais voilà que, ça se perpétue, curieusement,  apres le décès de maman … ? ce qui  vient à la fois,  déplacer les problèmes,  et,  les hypothèses qu’on peut faire  se rabattent et viennent se concentrer sur les quelques personnes qui ne répondent toujours pas, alors qu’il n’existe plus à présent,  de raisons légitimes voire même légales , à cela !?

On est pas aux USA, on n’a pas de 5eme amendement et puis, on dirait que je demande la lune ? Si, on doit rechercher de l’étrange dans tout ça, c’est en se posant la question : pourquoi tout ce flou, pourquoi cacher ? Pourquoi tous ses mysteres ?

Tout ce qui peut se faire légalement, c’est-à-dire protéger par la loi, se doit d’etre expliquer aux citoyens lambdas, ignorant de ces lois qui permettent, comme je l’ai dit de faire de vous un vrai fantôme, un citoyen privé de voix et d’oreilles, dans le cadre précis du dossier de maman cela a permis à des tiers d’avoir le contrôle ABSOLU sur une famille.

La Justice nous exhorte à respecter les règles , en  cas d’absence,  elle nous enjoint à faire preuve de conscience morale . la justice n’aime pas qu’on profite de ses lois, qu’on les utilisent à mauvais escient ou qu’on les contournent.

Citoyens et  familles ont le droit de savoir , pourquoi les tiers intervenants au sein d’une famille  ne risquent rien. Il parait important que les intéressés de mêmes sachent,  pourquoi. La famille est un espace sacrée, elle doit impérativement être protégée et on doit pouvoir la protéger.

Le juge auquel nous avons eu à faire dans le cadre de la mise sous tutelle, m’a assuré que j’aurai à faire à quelqu’un de bien ! et, il aussi été capable de nous prévenir, en disant « Posez les documents sur la table car si non, vous les poserez plus tard,  sur la balance !

Regardons encore une fois la scène :

Le papa décède, la maman  se retrouve sous tutelle, elle perd la main parce qu’elle perd la tête ? non, car elle n’a jamais eu la main ! par contre, elle est pleine d’illusions sur son fils.  C’est dans ce contexte là,  que la fille de la famille se fera agressée … alors que sous le coup de la tutelle la mère ne peut plus rien voir.

Ses dépenses s’envolent, elle n’est pas bien suivie , et au final  dans la continuité de ce vortex infernal, c’est un interne qui m’annoncera à sa fille,  que sa maman est  morte ?

Madame, j’ose dire ma sœur, puisque ceux qui prient sont unis et  forment une seule et même famille ! c’est  une idéaliste et utopiste créatrice de projets :  Panthéon de la Paix et du Dôme Universel , qui parle. Si, je consens à l’évoquer et vous le confie c’est que ça aussi, ça a contribué à l’installation du malheur !                                                                               Je planais ! J’étais haut perchée, je travaille alors intellectuellement, sur les sommités de notre humanité, je suis perchée,  aux limites du visible et de l’invisible, je cherche à rendre le monument que j’ai sous les yeux,  visible !                    Bonne chose ou pas….Je suis  à des siècles et des siècles, à des années lumières de,  ne serait ce qu’imaginer,  ce qui se trame et ce qui se passe à  800 kms de là, sur Terre.   Je planais !  Celui qui possède une plus ample vision que la mienne peut voir  ici, un égarement de ma part. Il arrive que de jeune pratiquant se retrouve à stagner, de l’autre coté, en arrière plan, au royaume du père comme on dit dans la religion chrétienne.  Ils se retrouvent là, soit  parce qu’ils se croient arrivés à destination ou bien par confort.                                                                                                                                                           Dans la mesure où j’ai cumulé les erreurs, erreurs qui ont engendrées de grands malheurs et beaucoup de souffrances, je prêterai une oreille attentive aux conseils qui me sauraient donnés, sur cet épisode.

Ma descente va être rude et se faire sans parachute, à l’arrivée je suis sonnée…brisée par ma chute vertigineuse  et  je me retrouve plonger dans le noir complet. C’est donc, en tâtonnant, parfois même en fonçant dans les murs que j’arrive à obtenir quelques repères, c’est devant l’attitude de mes ennemis,  que j’arrive grossièrement à calculer ma possible latitude et  longitude , ma position dans une situation que je n’ai pas vu arrivé et que je n’ai pas voulu . Je suis tombée tout droit en Enfer, c’est une notion significative pour une pratiquante chrétienne, elle permet d’évaluer la souffrance. Je parlerai quand à moi de tunnel comportant des vortex, où, je  me retrouve isolée, seule ;  séparée de maman, privée de la vue , de l’ouïe et de l’écoute , coupée du monde, enfermée dans ce bas monde et confronté à des gens qui pour moi…font des choses immondes !  J’y crois pas et l’énormité de ce qui est proféré  m’emmène à douter de tout et de tous.                                       Personne ne m’entend et moi, et moi  j’attends désespérément, qu’on me réponde, qu’on me fournisse des éléments mais rien ne vient. Et, en même temps,  je ressens qu’il y a du monde caché à l’arrière plan.

Heureusement,  heureusement que quelques années auparavant, ma nièce m’a transmis quelque chose de tres précieux, un joyau !                                                                                                                                                                                                         Prières et  méditation sont  les liens qui nous  permettent de restaurer nos forces et  l’amour des miens m’a  porté, transporté quand ce fut nécessaire, j’ai jamais renoncé,  à avancer. J’étais pourtant,   tout comme mon fils, qui lui , ne s’en ait toujours pas remis, en mille morceaux et il me fallait impérativement recoller les morceaux .                                             Ces liens et forces  indestructibles, qui  résistent à tout et ne vous lâchent jamais et surtout pas  en Enfer m’ont guidés et alimentés. Sans quoi, je serai morte dans ce trou noir, et personne n’aurait cherché la vérité.

Je vous demande quelque chose de simple et nécessaire : Raconter,  ce à quoi vous avez assistée.

Vous n’êtes pas médecin ou infermière, vous n’êtes pas plus  héritière de ma mère.  Par contre, vous etiez là,  à la remise des documents, et vous avez assez de connaissances pour évaluer l’état de maman et dire à la cour de Pau que ma petite maman ne comprenait pas tout.

°°°

Madame,

Le fait que  vous m’avez confiée etre pratiquante, me donne  confiance en vous.

La Vie ne peut souhaiter la mort, la Paix ne peut vouloir la souffrance, l’Amour la punition, la misère et le malheur pour l’autre et à fortiori  un/une pratiquante pas plus !

Demain , 15 aout,  les chrétiens célébreront  l’Assomption de la Bienheureuse Vierge-Marie Plus prosaïquement,  c’est là que la forme rejoint le fond,  avec ce moment de rassemblement, où ensembles nous prions, est un moment où, ce qui compte,  est d’accueillir chacun tel qu’il est pour ensembles communier . A nous tous réunis, nous ouvrons en quelque sorte, une porte, on frappe à la porte. Et Dieu, qui nous entend, nous y attend.                                                                                                                                                                                                                Certes on fête là,  une mort, mais en réalité, c’est là un rituel et un enseignement qui nous renvoie à la Vie et à l’Amour  à travers l’Assomption !

L’une des personnes en qui,  j’ai spirituellement confiance, devant le dilemme qui se présente à vous, m’a dit que vous deviez vous questionner en ces termes «  si c’était le dernier jour de ma vie, qu’elle option je prendrai ? ». Car, en effet, il vous appartient de décider, personne ne peut le faire à votre place.

Il m’a rappelé, une fois de plus, qu’on ne peut pas changer les gens. La seule option que nous avons est de changer nous même.  Il existe des personnes qui en sont incapables ou qui ont besoin de se faire aider,  pour y arriver.

Mon frère a évoqué mon passage en  prison, moi je vous dit que nous sommes tous en prison.                                                      Face au pourrissement de la situation, afin qu’il n’y est d’autres victimes, il faut débloquer la situation.

Nous n’avons pas à nous prendre pour Dieu ! Karmiquement parlant, c’est  grave. Pourtant,  une personne au sein de ma famille, d’une certaine façon et de façon certaine,  se prend pour ce qu’elle n’est pas… De surcroit, il s’instaure un Dieu vengeur, accusateur, délateur, diviseur…Rien à voir avec le Dieu que nous prions et qui nous inspire.

Nous n’avons pas à juger, ni à nous rendre justice, cela ne nous appartient pas et j’ai l’intime, profonde conviction que, c’est ce qui s’est passé…

Personnellement, je remets « Tout », c’est-à-dire « ce que je sais comme ce qui m’est encore cacher » à Dieu, la haut. C’est à lui qu’il convient de pardonner, de réparer, de guider, de protéger, d’éveiller, de réveiller si nécessaire la personne qui au sein de ma famille, a commis de graves erreurs.

Pour revenir à demain, le mot ‘Assomption’ provient du verbe latin ‘assumere’, qui signifie « prendre », « enlever »,  j’ai regardé sur le dictionnaire.

Alors, c’est le moment d’enlever, de dégager ma maman de cette sombre histoire, on ne doit plus la prendre ce qu’elle n’est pas et s’en servir d’alibi et de bouclier.

Il est temps maintenant d’assumer , ce qui a été fait !

Y a un proverbe qui dit  : “Quand tu lances la flèche de la vérité, trempe la pointe dans du miel”.

Je l’ai fait, en vous disant que je vous pardonnais,  j’estime l’avoir fait. Seulement, pardonner c’est une chose, qui ne veut pas dire renoncer à la vérité !

Je suis maman aussi, je suis chargée de veiller sur mon fils gravement accidenté, handicapé. Je vous le dis, il est urgent que cette histoire s’éclaircisse et se termine, je dois pouvoir consacrer toute mon énergie et mon temps à veiller sur lui, à rechercher toutes aides qui puissent existées sur Terre ( et au Ciel) pour le réparer , car on l’a cassé ! Comme on a cassé ses parents, par inconscience ? ou par mépris, je ne suis pas en mesure de me faire un juste avis et…j’aimerai tourner la page.

Demain c’est l’Assomption ! Il se trouve que chez les orthodoxes,   la  mort de la Mère , entourée des apôtres, sa résurrection et sa glorification s’appelle la « Dormition ». C’est le pape Benoit XVI qui a rappelé que la Dormition précède l’Assomption.   Rien de plus exact,  dans le cadre de notre histoire, et vous avez aidé,  sans le savoir le fils,  mon frère a endormir notre mère,  pour qu’elle ne puisse pas voir  qu’il ne respectait pas ses prescriptions. Heureusement….vous l’avez fait sans le savoir, il s’agit juste de le faire voir et valoir.

Les mots :  dormition , dormeuse, dormir,  la racine de ces mots,  en grec ancien est identique  ( κοίμησις / koímêsis), j’ai regardé dans le dictionnaire .  Et ce sont bien  là, les maux qui nous ont frappés  maman et moi alors que nous étions en plein rêve et en plein cauchemar, en ce qui me concerne.   Ma petite mère , comme une  belle au bois dormant, avait confiance en son prince et le trouvait charmant .  Moi je planais, je planais au dessus  des sommets avant de me retrouver à exploser en vol. Encore une fois, seul  mon père  et mon demi frere,  ne dormaient pas !                                                                                                                                                   

Que faire, si un fils , un frère  perd l’esprit, l’esprit de famille,  de solidarité, de fraternité, et le saint esprit , si, il est éventuellement pris de super mariolâtrie (adoration idolâtre de la mère  plutôt que du père) ?

Il faut qu’ENSEMBLES,  on prie pour Lui ! vous, moi,  nos frères et nos sœurs.

Vous le savez, je le sais, en tant que  pratiquantes, nous croyons et vivons par et pour la Lumière.  Que  vous-même empruntiez,  la voie chrétienne, que je sois passée moi ,  par le bouddhisme et autres,  nous allons vers elle !  Bien des chemins mènent à elle mais il n’existe qu’une seule voie pour y accéder, la voie ascensionnelle, Assomptionnelle , en ces circonstances exceptionnelles et annuelles,  alors demandons ensembles,  la LUMIERE !

Amen

Pour ma mère, mon père et mon fils, ma sœur, mes frères, leur père,  pour  ceux qui sont en situation ou en état de faiblesse,  pour tous, la Lumière est source de vie, sans elle on meurt, elle est la chaleur indispensable au développement,  au comblement de la douleur, il n’existe pas meilleure médecine et de meilleur guide pour everybody .                                                                       Seule la Lumière anéantie l’Ombre !

Reconnaitre les bonnes et les mauvaises actions, atténue les fautes,
et aide à trouver des pistes de progrès et  à ainsi obéir au ciel.

Apres le 15 aout, dans les jours qui suivront, arrivera un moment important .  Nous allons passer alors de l’invisible au visible,  du fantasme au réel !                                                                                                                                                                   Cela peut faire souffrir, mais le contraire de même  a,  non seulement  fait souffrir mais a amené à des catastrophes.                                                                                                                                                   Passer du visible à l’invisible, du réel au fantasme,  fait souffrir celui qui n’a d’autre option que de le subir, tout en essayant et en veillant à ne pas succomber sous une pression oppression,  trop lourde.                                                                                                                                  Et, lorsqu’on s’aperçoit, que ce n’est pas vous qui avait fini par succomber mais que c’est votre fils, votre père, votre mère…y a de quoi hurler sa douleur, se tourner vers Dieu, vers  la Lumière, l’Energie divine et attendre une prise en charge,  le rétablissement de l’équilibre, la restauration, la guérison !

(En ce qui concerne les choses matérielles,  archives,  affaires personnelles,  bijoux, et l’argent ! on verra, on verra si, c’est en lien avec ce qui nous est arrivé, cela se situe sur un autre plan, un plan matériel.                                                                     Ce que je ne veux plus, c’est une famille en désordre, qu’on nous donne des ordres et qu’on décide de notre destin.

J’ai besoin de faire mon deuil, besoin de mettre toute mon énergie a soulager, veiller sur un survivant, handicapé, brisé, morcelé qu’il faut aider à se reconstituer.

Mon frère, m’a dit un truc que je ne sais comment, prendre et comprendre, il m’a dit « qu’il n’était plus tout jeune » idem pour moi, je me suis faite des cheveux blancs, j’ai vieilli d’au moins  mille ans.  Personnellement, non seulement je dois tout tenter pour réparer les blessures de mon enfant,  (qui bien qu’adulte reste mon enfant, comme je le suis pour mes parents)  et pour autant, je ne dispose pas d’autant de facilité.  Alors, justement, si il se sent vieux, pourquoi faire trainer cette histoire en longueur ? on va tous mourir dans ce nid de mensonges.

Qu’il se pose et  pose tous les éléments sur la table et …si jamais, c’est grave….que parler est trop douloureux, qu’il écrive ! s’il ne peut pas ecrire, qu’il s’arrange avec Dieu, seulement voilà, il n’y crois pas…. aussi  qu’il répare comme il peut.

Sur ce , je vous quitte en disant :

« Unis qui prient ! »

Qu’à tous,  cela puisse profiter.

courrier adressé à madame l’ex-tutrice

expéditeur Dixy                                                                               Juillet 2014

A l’aimable attention de madame l’ex tutrice de madame B

Dossier tutelle de mme B décédée le 30 sept 2013

Chère Madame,

Vous auriez normalement du me rendre compte des difficultés rencontrées dans votre gestion du budget de ma mère,  au décès de maman.

Vous connaissiez pourtant la situation économique des Braun ,  tant,  celle de maman que  la mienne .  Vous savez que je m’occupe personnellement de la gestion de la vie de mon fils handicapé et bien sur,  gratuitement puisque étant sa maman, que j’ai l’habitude des budgets tres serrés.

Et par ailleurs, vous ne savez rien sur la légitimité du patrimoine de maman , la succession de papa n’étant pas ouverte  ? Vous savez  ou comme moi on a informé que vous ne pouviez pas vous en occuper  de cette charge, comme de tous problemes  antérieurs,  à votre arrivée.

Nous allons devoir,  revoir tout ce que nous pensions savoir, les uns comme les autres. Ainsi nous allons  porter un nouveau jugement,  tant sur les circonstances particulières que sur les réactions de certains tiers, comme sur celles de mon frère.

Je viens vous demander de me communiquer vos factures ainsi que  celles inhérentes à Mme S , choses que personne ne peut faire à votre place.

Celles de toutes  dépenses supérieures  à 750 €, comme me l’indique un avocat spécialisé, en matière de  tutelle.

Par ailleurs, on ne comprend pas le changement de notaire ? le notaire de madame B est  Mtre “N” dixit son fils et des documents qui en attestent.                                                                                                                                                                Aujourd’hui, nous avons des problèmes d’inventaires, vous avez reconnu que ma pauvre maman présentait des problemes de compréhension, difficile de faire autrement  et du reste, vous n’avez pas souhaité de contre expertise la concernant .

Par ailleurs , ma maman se retrouve à devoir passer l’éternité  aux cotés de son ex mari, comme si elle n’en été pas divorcée depuis 1960 ou qu’elle s’était remariée …ne trouvez vous pas cela insultant pour celui des maris qui l’a entretenu depuis 1960 ?

Je dois  savoir, sur lequel de ses comptes , maman  se faisait  des virements de 800 euros, depuis le mois de mai 2013 et meme apres son hospitalisation,   tardive !  compte tenu tout précisément de son etat de santé depuis juillet 2013 .

A quelle moment avez-vous  informez madame la juge  de la découverte d’un ulcère sanglant tenant à un abus de médicaments  chez maman ?

Comment vérifiez vous,  les informations directement transmises à la CPAM par les infermières ? C’est impossible !?            Contrairement à votre ville, ici  la CPAM en lien avec d’autres services d’ Etat met à jour plusieurs dossiers par an, sur des emplois du temps improbables, lesquels entrainent  des enquêtes  suivies parfois de procédures. Mais, la question est précisément “Comment” fait le tuteur ou l’assuré,  pour contrôler la véracité des déclarations qui sont faites par ces professions libérales, question technique  ?

En vous remerciant par avance, je reste à votre disposition si nécessaire, entre temps, recevez mes aimables salutations.

MON FRERE

Mon Frère,
Ton courrier du 7 recu le 12 juin 2014, donne à réfléchir et demande d’obtenir plus de précisions pour pouvoir etre compris.

Il faut faire la part des choses très lucidement afin de ne pas vous fourvoyer dans des voies sans issue Tout un enchainements d’accidents et d’incidents se retrouvent imbriqués les uns dans les autres, semblent communiquer et s’enchaîner sans discontinuité. Au deces de maman, encore une fois, tout aurait du rentrer dans l’ordre.

Que se passe t-il ? tu voudrais que je signe un mandat de vente, sans avoir revue l’appartement, tu voudrais que je te fasse confiance et en même temps, tu nous dis à moi et mon fils « on ne veut pas vous voir dans l’appartement de vos parents et grds parents ? »
Sache que cela est extrêmement déstabilisant et violant, tout particulièrement envers Stan. Mais, restons bien fixés sur l’aspect pratique des choses, Comment veux tu procéder ?

( parenthèse ouverte….)

Il faut régler la succession de Marc, pour se faire, il me faut etre sur place ! Donc, je souhaiterai etre à même de savoir pourquoi tu ne veux pas, que je m’occupe d’affaires qui me concernent ?? aujourd’hui, notre mère n’est plus, le seul qui réside encore dans notre appartement est mon père. Je peine à trouver, en quoi, et pourquoi, je ne peux pas m’occuper des affaires de ma famille et se pose la question de savoir, comment je vais faire, si je ne peux plus rentrer dans notre appartement ?

Parallèlement, je constate que depuis le deces de maman, tu mets en avant “Argumentum ad numerum” = ” l’argument du nombre” dans tes lettres ? Je préférerai que notre frere Patrick m’exprime directement, ses pensées et écoute de ce qu’il y a lieu d’entendre. Compte tenu de sa fragilité et aux vus de la confusion qui règne, sans un travail préalable de mise à plat, il n’est pas plus à meme, que moi, de juger des situations, le chapitre de l’appartement inclus.

Je trouve que cette révélation arrive bien tardivement !? Je te trouve trop intelligent pour n’utiliser que la menace, et pardon de le dire, je trouve ce comportement dégueulasse.

Tu m’inquiètes en faisant valoir ton âge, j’espère que tu vas bien. ? L’argument de l’âge en soi, n’est pas recevable, on vit longtemps chez les Machat, regarde ton papa, ton grd pere. Peut etre, cherches tu par là, à me signifier que tu es l’ainé ? J’en conviens. Je ne crois pas t’avoir manqué de respect ? tu n’as pas à m’en vouloir pour les galères que j’aie eu à traverser, tu n’as pas, non plus, à les utiliser. Tu étais sensé protéger ma famille, à partir du moment, il en va autrement, personnellement, je ne pouvais faire autrement que me rebeller contre toutes situations imposées. Et, à ce stade l’histoire montre que j’ai peut etre été, trop laxiste, que, je n’ai peut etre pas pris, les bonnes mesures mais que je n’ai jamais renoncé à protéger les miens, les morts comme les survivants. Ma force, ma force morale me vient par mes parents et reste au service de toutes personnes se trouvant dans une situation de faiblesse ou d’empêchements. Elle se décuple dés lors qu’il s’agit de porter assistance à quiconque en aurait besoin. C’est ce qui ressortirait grosso modo, d’une enquête menée sur Braun Patricia, en toute objectivité. Tu peux compter sur mon analyse qui repose sur des bases solides et concrètes, si jamais.

Comme je te l’ais expliqué, Tout est à faire. Cela doit commencer par la succession de Marc et se poursuivre avec celle de maman. Pour que je sois en situation de le faire, je dois examiner au préalable les documents. Devant cette double contrainte : d’etre sur place et de devoir examiner les documents, que dois je faire et comprendre, si d’entrée tu ne veux pas nous laisser entrer ?

Je n’ai cessé de demander ces documents, du début à la fin et encore une fois, j’aurais du en avoir connaissance au départ . Dans la mesure où, tu n’as pas souhaité pour l’instant motiver ton refus de nous donner les cles…de là, à penser que, c’est pour nous compliquer la tache, il n’y a qu’un pas… Mais, j’imagine que cela doit avoir une raison, aussi il te faut t’exprimer, stp.

Des agences prêtes à vendre l’appartement, tu en trouveras autant, qu’il y en existe . Ce n’est pas un argument susceptible de me faire signer , ça peut meme m’inquiéter car la conjoncture n’est vraiment pas bonne, il faut donc agir en conséquence. Il y aurait des choses intelligentes à faire , d’où ma déception face à un comportement qui attise encore et toujours, les conflits et me complique les choses.

En resumé , voici les questions auxquelles je te demande d’avoir la gentillesse de répondre :

Un tuteur ou celui qui s’octroi ce rôle, doit rendre des comptes tous les ans au greffier et in fine, se doit d’expliquer à la famille comment il a gambergé et GERER, en « bon père de famille » la maisonnée et son protégé. Tu es d’accords ?

Afin de ne pas bloquer la situation, explique ce qui motive le parti pris de ne pas repondre à mes courriels et courriers suite au deces de mon pere et juste après le deces de maman ? Tache de nous expliquer pourquoi, moi et mon fils nous n’aurions pas le droit de nous rendre au domicile de mes parents ? On peut toujours aller à l’hôtel ?? mais avoue que ça nécessite d’etre justifié . Puis, reste à savoir concrètement, comment je vais rentrer en possession des documents appartenant à ma famille, père , mere, enfant. Je te dirai une fois sur place mon analyse concernant l’appartement. Toujours afin de ne pas retarder les choses plus quelles ne l’ont éte jusque là, je mets ma correspondance en ligne, ainsi tu peux facilement et plus rapidement, me répondre.

Merci, à bientôt.
Pat

Jimmy est en dange


Avertissement : Ce que je m’apprête à dire,  concerne Jimmy, ce que je raconte est inhérent à son histoire familiale. Le terme générique de la maladie dont est sensé souffrir Jimmy est : « schizophrénie » cela touche  à 1 à 2% de la population. J’estime que Jimmy n’est pas bien traité, ce qu’on lui propose ne convient pas, qu’il s’agisse du traitement clinique et chimique, que de l’administration de sa vie.

A Jimmy, on ne peut pas mentir !

Inutile de lui raconter que,  ce qui a été fait…

L’a été ,  pour son BIEN !

Jimmy au fond de lui-même est tres en colère et il  apparait ,  qu’au final, sa colère soit des plus  légitimes.

Il est en colère contre sa famille, contre la psychiatrie, contre une societe qu’il n’aime pas, qui ne lui plait pas.

Aujourd’hui, il n’y a plus aucun doute sur le fait , que je suis SEULE face à LUI ! Malgré le nombre d’intervenants en charge de son dossier.

Je sais, je sais, je sais , que la société va nous  dire, mais pas du tout !

Il y a des tas de personnes qui ont,  son dossier à charge, tout cela coute cher,  à l’Etat !

Son dossier ?

Je ne dis pas le contraire !

Moi, je parle de la VIE de JIMMY !

Ce n’est pas exactement la même chose !?

Que ça coute cher ?

Je m’en aperçois, mais pour moi,  le plus cher payer,

c’est l’état de Jimmy aujourd’hui !

Le mal qui  a été fait….on ne peut l’effacer

Par contre, on peut,  sans crier gare,  éliminer Jimmy !

On peut aussi,  éliminer sa mere, c.à.d, la seule alliée qui lui reste.

Tout simplement, en ne cherchant pas les véritables causes

En se fiant,  aux fonctionnements habituels

Ces derniers jours, ces dernières semaines, ces derniers mois

Toutes ces années, ces 14 ans de psychiatrie n’ont pas aidées,  Jimmy

Et, moi-même,  j’ai du mal à l’aider….je fais ce que je peux, j’en fais beaucoup,  mais en fait, c’est rien du tout !  Les soins dont a besoin Jimmy je n’arrive pas à les mettre en place.

Aujourd’hui, face à de  terribles constats

Des choses que je ne peux révéler, sans prendre le risque que ça se retourne, encore une fois,  sur Jimmy

Je dois me remuer, chercher d’autres solutions !

On me dit : «  votre fils va mal, tres mal ! »

Je demande : « que pouvez-vous faire pour aider mon enfant ? »

La  vraie réponse,  est «  RIEN ! » Rien du tout

Mais, au lieu de me l’avouer…..on me dit «  vous pouvez demander un  l’internent d’office »

Il faut bien comprendre, qu’ il y a , comme  je l’ai dit, beaucoup de gens en charge de son dossier, mais, quand ça déraille……la famille est SEULE

La famille ici, c’est moi et moi SEULE ! Le père de Jimmy  est mort !

Quand les choses tournent mal…..il n’y a plus personne

Non pas,  que je sois en train de dire que «  Jimmy est en quelque sorte un client »  et que les éducateurs, les infirmiers, les médecins soient des salauds !

Non !

Pris séparément, en principe, ceux sont  des gens bien voire parfois, des etres formidables….

Pris en groupe, quand ça tourne mal, ils deviennent limite, dangereux ….

Je pousse un peu le trait….mais, pour autant, ce que je dis est vrai.

Car, à bien regarder,  ils sont les employés de systèmes mis en place par la société, mais,  ils  savent  bien que,  ce qu’ils ont a proposer,  n’est pas suffisant  pour arranger les choses, pour autant, ils ne peuvent pas critiquer, des systèmes qui les font travailler. Ils ne peuvent pas  avouer,  sauf si, ils sont syndiqués, que l’hôpital public n’est pas en situation de faire autre chose,  pour Jimmy,  que de le camisoler et servir de garderie….

Car, à ce stade, il faudrait que moi, la seule personne à ses cotés

Je trahisse mon enfant

Que, j’accepte les simagrées !

Je tolère, que la seule réponse soit,  l’enfermement

Et, comme Jimmy, ne le veut pas, qu’ il faille employer la FORCE !

Il faudrait que moi, sa mère, la seule personne qui comprenne et prenne en compte, son immense souffrance

Je fasse appel à la police et aux pompiers ?

Il faudrait qu’un serrurier ouvre la porte de Jimmy

Que,  ce serrurier  soit  accompagné par des policiers

Que  des pompiers qui se tiennent en bas de l’immeuble

Afin de pallier au fait,  que Jimmy puisse avoir envie de se jeter,  du 7eme étage !

( j’ai vecue ça, de trop nombreuses fois….et pour quel résultat ?)

Jimmy serait , ainsi, conduit en hôpital psychiatrique

Un hôpital publique qui n’a plus  guère de moyens, si tenté qu’il en est eu

Une fois capturé, Jimmy sera piqué, avec des produits synthétiques,  de lourdes camisoles chimiques, comme on le fait pour des bêtes féroces.

Mais,  le calvaire ne s’arreterai pas là !

Une fois Jimmy chimiquement  neutralisé

Tout citoyen confiant, va  croire et  penser,  qu’à partir de là

« Ils vont le soigner ! que, c’est un mal pour un bien ! »

Je m’adresse à mes concitoyens ))))

Et je leur dis «  il n’en est rien ! »

Ils ne savent pas soigner des cas comme celui de Jimmy

Car Jimmy est malheureux, Jimmy est intérieurement détruit !

Ils ne savent pas réparer quelqu’un de psychiquement détruit

Ou, plus exactement, ils n’en ont pas,  les moyens !

Les soins qu’il faudrait à Jimmy, ne sont pas prodigués en HP !

Que des journalistes consciencieux du travail d’information qu’ils ont à faire, aillent interroger les  personnels psychiatriques, médecins, infirmiers…..que je trouve tres méritants de rester,  dans le service public !

Ne nous trompons pas  « d’ennemis «  ou de « causes » !

Ce n’est pas la faute des médecins ou du personnel hospitalier !

C’est la faute à……à personne ? en tous cas, pas la leur !

C’est notre faute à nous citoyens !  la faute à la crise !

Si, j’autorise , un tel acte de barbarie contre Jimmy, .je  le condamne !

Si,  je ne bouge pas….Jimmy est condamné, car,  il est en train de se tuer !

Le seul espoir est , qu’on reconnaisse le mal qu’on lui  a fait.

Il est évident, que personne au monde n’a souhaité,  un jour,  lui faire du mal ….. Mais, c’est arrivé !  ça c’est passé de façon insidieuse, sous des motifs à priori, valables ! = pour le bien de Jimmy !

C’est donc pour le bien de Jimmy qu’il a été enlevé,   le plus légalement du monde à ses parents…..

Encore une fois, cette réponse ne convient pas à Jimmy !

A lui qui  est sensé etre fou ,  il est juste Fou…. de Douleurs

Pourquoi, Jimmy est fou de douleurs ?

Il fut un temps où Jimmy me parlait de l’un,  de mes frères

J’ai cru à une « fixation », je n’ai pas entendu ce qu’il voulait montrer…

Jimmy aurait-il compris, des choses que certains d’entre nous, n’avons pas su,  voir ?

Pour moi, à present, c‘est une quasi certitude ! Jimmy a parfaitement intégré ce qui lui est arrivé et  le pourquoi, ça lui est arrivé,  à lui ! et pas à  d’autre, dans les mêmes besoins que lui !

Pas si fou, ce Jimmy ! peut etre, moins que nous !

Quand à moi, il a bien fallu que je me pose les bonnes questions !

Car, moi-même, j’ai cru dur comme fer,  à toutes ces histoires !

J’ai cru qu’on nous avait enlevé Jimmy,  pour son bien

J’ai cru,  en l’hôpital, aux compétences des médecins etc

J’ai cru que,  tout était fait,  pour aider Jimmy !

Mon enfant est en danger de MORT ))))

Je le dis HAUT et FORT !

Ceux qui  souhaiteront aider  Jimmy….

si, Jimmy tient encore à la vie et consent à se laisser aider…

ne pourront plus tricher ! lui mentir comme ils  se mentent, possiblement,  à eux-mêmes .

Parmi ceux,  qui ont vus et compris , si ce n’est tout  ,  une bonne partie de tout ça, avant moi,  il y a ma sœur, les grands parents de Jimmy dont mon papa…. Quand à ma petite mère, elle  ne peut pas…

J’assume ma part de responsabilité, celle de l’avoir mis au monde, un monde qu’il n’aime pas .

Celle de n’avoir  pas su, avec son père, Nous défendre,  autrement dit,  « LE » défendre !

Nous sommes  restés , comme deux abrutis,  malheureux et sidérés ; sans meme avoir l’idée de prendre un avocat….Je   pense qu’il faudra étudier le cas des parents, on va trouver des similarités entre le père et la mere, on va trouver la VERITE ! Des vérités qu’on voudrait bien faire prendre pour,  de nobles sentiments ! Je ne demande pas mieux,  sans quoi….c’est effectivement INSUPPORTABLE, INACCEPTABLE …..il y a de quoi vous rendre FOU !

On ne doit pas profiter de l’état de faiblesse et de désespérance des autres

On ne doit pas instrumentaliser les êtres  sous prétexte, qu’ils  en font , travailler d’autres, ou qu’ils vous permettent  « ceci ou de cela »  et qu’il existe un quelconque avantage,  à les prendre en charge !

Sous peine de MAUVAIS KARMA  ( notons que ceux qui n’y croient pas, se foutent bien du mauvais karma)

Certes, on peut se tromper…mais, arrive un moment où, on doit faire face à ses  erreurs et ses responsabilités

Il me serait hyper facile, de me débarrasser du poids de Jimmy

Je n’ai qu’à abonder,  dans le sens de la société et dire « effectivement, je ne peux pas, donc ! je vous le laisse ! Faites ce que vous pouvez pour lui ! »

PERSONNE n’irait me le reprocher, je pourrai le faire sans problème,  et même confortée,  par tous ceux qui ont en charge,  son dossier…..

Je sais que  leur confier Jimmy,  c’est, d’une certaine manière,  CONDAMNER Jimmy !

Il aura fallu 14 ans,  pour que je puisse etre en état et en situation d’affirmer , tout cela…

Les systèmes en place sont inefficaces dans le cas de Jimmy….

14 ans d’hôpital psychiatrique pour Jimmy, sans que personne, si ce n’est ses grands parents et moi-même, ne s’inquiètent de ce qu’il advenait de Jimmy.

On se souvient de lui, lorsqu’il peut etre, encore une fois,  utile et utilisé, ça OUI , mais pour le reste , c’est  tout simplement la faute à pas de chance !

Ça ne convient pas à  Jimmy ! ça  le rend FOU !

Posons-nous les bonnes questions….Soyons honnêtes avec nous même,  et envers lui.                                                      C’est ainsi, qu’on peut aider Jimmy.

L’universalisme, l’approche unificatrice.

Qu’est-ce qui peut permettre à des valeurs diverses

de coexister, converger, s’alchimiser ?

rz_27.jpg

Regardons rapidement, dans le cadre qui nous occupe, les critiques faites à la notion d’Universalisme*

définitions :

L’* « universel républicain » décrit la république comme une et indivisible, il propose un modèle où les citoyens sont égaux en droits et se définit comme étant idéal donc universel.

L’* « L’universalisme philosophique » se rapproche lui de l’humanisme et considère que tous les citoyens du monde doivent être respectés.

***

«  L’« universel républicain  » a mauvaise presse.

Dans “L’universel républicain revisité” -  de Dominique SCHNAPPER  -

Il est dit que « …dans la vie publique, il est toujours qualifié d’« abstrait », ce qui le condamne explicitement ou implicitement. Il importe donc de comprendre ce qu’il fut sans le caricaturer mais sans l’idéaliser rétrospectivement, d’analyser ce que furent ses vertus mais aussi les mauvais usages qui ont pu en être faits, et les interrogations qu’il suscite aujourd’hui. »

A sa mesure, le Dôme Universel en dehors de sa vocation, qui est l’élaboration d’un panthéon international et celle d’un Cercle de talents contemporains, du fait même de la communauté qu’il va naturellement former, est censé permettre une représentation cosmopolite, multiple, vivante et concrète de cet universel philosophique et républicain.

On reproche à l’universalismes politiques de vouloir imposer ses vues. Il n’est donc pas inutile de rappeler, que toute notion, à l’instar de l’universalisme, n’a d’existence que par le fait d’être utilisée par un individu particulier. C’est donc bien l’être qui l’incarne et porte en lui l’intention qui fait de cette notion quelque chose de bon ou le contraire.

Si cette notion a pu donner naissance à des controverses,  cela ressort de la responsabilité de certains hommes qui se sont livrés à une déformation, contrefaçon de cette notion.

Ainsi, par le Passé, Gilles Manceron, rédacteur en chef de la revue de la Ligue des droits de l’Homme, Hommes et Libertés,  a-t-il cerné, tout particulièrement dans “Marianne et les colonies, ce « paradoxe républicain » qui a conduit à l’invention d’un « universalisme truqué » distinguant les hommes blancs civilisés des indigènes sauvages. Une « contrefaçon » qui s’est poursuivie jusqu’au milieu du XXe siècle, avec une « étonnante continuité », et que nous avons, aujourd’hui encore, bien du mal à expliquer aux élèves des collèges et des lycées. Faute d’être débarrassé de cette « falsification » qu’il a entretenue, notre discours républicain continuera, affirme Manceron, d’être « porteur d’une ambiguïté fondamentale.

Ceci nous emmène à mesurer l’importance d’entretenir, une certaine exigence, doublée d’une certaine indulgence,  à l’endroit de tout un chacun et plus particulièrement de nos responsables, de nos dirigeants. Il s’avère indéniablement nécessaire d’arborer ces valeurs, de témoigner de l’importance et de la chance qu’elles représentent pour l’ensemble et son bien vivre . 

Entre autres objections faites au principe de l’Universalisme républicain on dit que, tantôt  il dépersonnalise et uniformise les citoyens, tantôt qu’il masque une sorte de nationalisme allant se heurter à d’autres nationalismes, le premier nationalisme étant de type laïque et les autres de type religieux.

Mais aujourd’hui, tout cela appartient au Passé, cela ne tient plus, si cela a été, nous avons appris et tenu compte des erreurs passées.

Et, même sans cela,

à l’heure où la pluralité et la diversité de nos sociétés sont un lot commun à chaque nation du monde.

! Ce qui fut, ne saurait plus Etre !

«  la seule constance en ce monde est l’impermanence. » a dit Bouddha

Ce cycle de changements auxquels toutes choses sont soumises, qui se passe en trois temps, naissance, apogée et mort, vaut aussi pour les civilisations, leurs modèles et leurs systèmes.

Sans vouloir apparaître comme figurant sur la liste des ethnocentristes, de ces chauvins qui se gargarisent et laissent avec délectation enfler leur ego de groupe, il est à noter qu’en plus du respect de la diversité culturelle et cultuelle, notre conception républicaine avec sa notion d’universalisme tend aussi à tenir bon compte de la diversité des situations sociales.

Comme le précise Maxime Foerster :

« L’universalisme républicain est une conception abstraite de la citoyenneté qui consiste à dire que la meilleure façon de ne pas discriminer un citoyen c’est de le définir en faisant abstraction de sa race, sa religion, ses opinions politiques, son orientation sexuelle, son sexe. Mais aussi c’est en fait essayer d’obtenir, à travers le citoyen, une vision d’électron libre complètement non surdéterminé par des caractéristiques qui pourraient le catégoriser. »

Pour conclure, on ne  saurait rester figé sur un modèle, sans aucune prise en compte de la réalité telle qu’elle apparaît sous ses diverses formes, alors que la géopolitique et l’humanité se transforment, que notre environnement subit des mutations. En ce sens, on peut dire effectivement que l’universel est toujours provisoire et nécessite des mises à jour.

Ce qui accompagne la mutation c’est la  réflexion et elle  propose d’intégrer l’approche unificatrice de la notion d’universalisme, celle qui a plus à voir avec une volonté d’union qu’une uniformisation réductrice.

Les autres modèles existants et ayant existé, à l’instar du nôtre, sont toujours et nécessairement pris en considération. Maintenant, il nous reste à inventer autre chose, soit cet autre chose est préalablement défini, ou bien il apparaît au fil du temps des accommodements et des réformes. Cela ne peut que s’inspirer des meilleurs aspects des différents modèles et doit définir un fonctionnement adaptable à toutes les singularités.

 On a parlé de clash, de fractures culturelles mais la réalité démontre qu’à la suite du décentrement du monde, l’Occidentalisme a perdu tous fondements. L’Occident n’est plus le point cardinal autour duquel tout se développe. Une ère nouvelle de notre civilisation point à l’horizon et un autre globe se révèle à nous. Vu d’Australie, l’Europe ressemble à une presqu’île de l’Asie. L’humanité doit syntoniser ses approches plurielles d’un même monde.

 

 
Le concept DOME UNIVERSEL apparaît  à sa mesure, comme l’un des ferments nécessaire à l’unité mondiale, à un momentmeme  où l’idéologie universelle est affaiblie par la montée en puissance d’autres continents.

Ceci étant, ces nouvelles puissances sont bien membres des Nations Unies, elles adhèrent de fait, à ses buts et aux différentes Chartres éthiques, lesquelles sont issues ou rejoignent, tant les notions que les principes de l’universel  philosophique voir même républicain, notions et principes à même de permettre à l’humanité, dans sa diversité de coexister harmonieusement.

 super_min_photo-125_564.jpg

Autour d’un centre se forme un monde.

mn_33b.jpg

Il y a dans ce projet une forte teneur idéaliste qui s’appuie sur des constats réalistes. Notre association, comme cette invitation, s’adresse aux obstinés déraisonnables, aux utopistes décomplexés qu’on va retrouver en tous domaines d’activité, dans les diverses couches de la société .

Lorsqu’un rêve vous est cher, il se fait chair.

A partir d’une volonté s’ouvre un chemin

Autour d’un centre se forme un monde.

°°°

Ce dont nous parlons est un mouvement qui trouve sa gaine, des énergies qui s’harmonisent et se mobilisent autour d’un projet.

Dans ce qui devrait constituer, tant un Réseau qu’une Commune, c’est une tribu universelle qui se façonne, le dessein d’une famille d’esprits libres et, plus encore, un égrégore.

mn_7.jpg

°°°

Les Hommes pris d’emballement et pour un temps euphoriques, au lieu de s’intéresser à la profondeur des êtres, d’avancer en éternels cherchants, obnubilés par certains savoir faire, ébahis, éblouis par certains avoirs, n’ont plus eu d’yeux que pour ce que produisait l’homme, considérant cela comme suffisant et faisant par la même d’eux, leurs idoles.

A ce jour, nous avons  accumulé assez de déceptions et de désillusions pour en être revenus. Il est maintenant entendu que nous devons remettre au centre de toutes nos préoccupations, de notre attention, les qualités véhiculées par ceux que nous portons au rang de V.I.P.

A présent, nous vivons à l’heure de la mondialisation,  les causes à défendre sont d’envergure planétaire, la réforme doit être mondiale car les crises et les fléaux eux ne connaissent pas de frontières.  Il est nécessaire que tous ceux qui se ressemblent se rassemblent, le monde a besoin de cette alliance humaine pour faire face au désespoir de millions d’êtres humains en souffrance, afin que ceux là continuent à regarder droit devant en pensant à l’avènement d’une aube profondément humaniste .

***

Nous sommes bien, dans le cadre du Dôme Universel dans des notions de Réseau et de Commune

Les fonctions dans l’un et l’autre comportent un accroissement des responsabilités, ces fonctions sont donc graduées, on y trouve donc des débutants, des personnes expérimentées et puis carrément, des maestros .

Leurs fondements respectifs débutent sur un plan individuel.

Commune et Réseau rassemblent des êtres mus par un même idéal ou/et des mêmes besoins.

On dira que :

La Commune est le canevas de la société

Le Réseau est le tissu du monde économique

 

Ils offrent tous deux la possibilité de perspectives communes

accords / traités/ alliances sur un plan social, pour une Commune

contrats/ partenariats/ mécénat au niveau professionnel, en terme de Reseau

La Commune doit permettre à chacun de s’épanouir à la place qui est la sienne

Le Réseau doit permettre au destin de répondre favorablement aux qualités de ses résidents, il fait en sorte que les énergies trouvent emploi

Marc Aurèle a dit : «  Ne te lasse jamais d’apporter et de demander de l’Aide ».

Le fait est, qu’on trouve, tant dans le Réseau que dans la Commune, une notion d’entraide et de solidarité.

Le Réseau s’entend puisque sur les cent quatre-vingt-douze Etats membres de l’ONU, 70 % sont des pays en voie de développement dont 60 % furent des colonies.

La Commune va s’autoconstituer.

Au sein de ce Réseau et de cette Commune se forgera un noyau solide fait d’êtres humains munis d’une détermination que rien ne peut plus faire vaciller, qui ne saurait qu’aider l’humanité dans sa phase actuelle de transformation. Quels que soient les changements de cap, il faut qu’un certain nombre d’entre nous tiennent fermement le gouvernail. L’esprit humain est souple et adaptable. Ce qui a servi à la chute devra servir à l’élévation.

 

°°°

Entre passé et avenir, la coexistence de la tradition et de la modernité et tout particulièrement  à travers le patrimoine humain nous souhaitons :

Au sein du panthéon universel, trouver la possibilité de conserver la mémoire de grands personnages, de ceux qui  laissent un héritage à l’humanité.

Dans le cadre du Cercle de talents contemporains, nous esperons créer la possibilité de favoriser le mentoring, le partenariat, le partage des expériences et l’échange des meilleures pratiques .

Les participants diffèrent, ils ont chacun un sujet de  recherches et leurs propres pratiques, cependant,  quel que soit leur domaine de compétence et d’action,  dans le cadre du Dôme Universel ils seront unis dans une volonté commune de participer à assurer un avenir sain et prospère à l’ensemble.

Ainsi naissent les Réseaux.

°°°

Pour tous ceux qui observent et agissent, à travers le prisme de la sagesse et avec une conscience éclairée.

Pour tous ceux là, le jeu du monde est comme une scène qui se reflète dans un miroir.

Rassemblons ceux qui ont des rêves mais qui pour autant ne rêvent pas.

A ce niveau là, aucune fonction ne crée de hiérarchie, aucun travail ne nous place en position de supériorité et inversement.

La rencontre des pairs s’opère à tous les niveaux et quel que soit le culte ou la culture.

Ces personnes existent au sein de nos sociétés, on les retrouve dans tous les champs d’activité, du haut en bas de l’échelle sociale, c’est pourquoi nous avons pensé le projet, afin de faire participer les populations dans leur intégralité.

Cet ensemble se compose d’une multitude d’individualités, de fait constitue une famille, une même famille d’esprits qui partagent un même état de conscience, sans pour autant partager forcément la même science, les mêmes connaissances. Ceci forme l’essence  et donne naissance à une Commune, laquelle peut très bien inclure diverses communautés qui fondamentalement partagent une communauté de points de vue capables de les faire adhérer à de communes mesures.

Ainsi se forme une Commune.

°°°

Si chacun fait à sa mesure, il existe bien une commune mesure, dont le mètre étalon est la Charte de l’ONU et celle de la Déclaration des Droits de l’homme qui ont  influencé et imprégné notre projet.

L’idée est de porter haut et fort, les valeurs sur lesquelles ont été fondé l’ONU et son institution culturelle l’Unesco.

Cette Commune rassemblant tous les hommes de bonne volonté pourrait être qualifiée d’onusienne, extension civile de l’administration

***

L’être-ensemble demande une reconfiguration, un re-façonnement des rapports humains actuels.

Si quelque part on peut dire que le Panthéon de l’Humanité est une illustration iconographique de la communauté internationale, le Cercle des Talents contemporains quand à lui va inaugurer quelque chose qui n’a pas d’incarnation antérieure et préexistante.

Par ce qu’on a outrepassé les limites, le rééquilibrage, le retour à l’équilibre  passera par la suprématie de l’éthique et des comportements qui sont un temps passés au second plan au profit de la performance et du fric perçu comme chic, dorénavant la transparence, la conscience des uns et des autres sont mises en concurrence. Ces règles de conduite attendues, l’individu-consommateur-salarié-électeur observe dés lors son interlocuteur en scrutant son intériorité pour jauger ses qualités.

 


Nous allons créer un édifice vivant.

 

Plus qu’un bâtiment,  un corps,

 

plus qu’un monument, une âme.

 

Cher A.M

meilleurs-voeux-2009-malraux.jpg

Cher A.M,

Votre perception aiguisée du monde et de ses univers me rapproche de vous et je me raccroche à vos paroles qui, à divers titres et sur de nombreux points, justifient ou autorisent que je me laisse aller à penser, non sans un recul raisonnable et avec modestie, qu’il y a lieu de dire que nous partageons indéniablement des valeurs et des idéaux communs.

Cher A.M, lorsque vous avez dit : « Le XXIè siècle sera spirituel ou ne sera pas » vous n’aviez pas imaginé  que cela deviendrait une formule très usitée, ressassée et controversée, car pouvant être, ou  étant parfois, mal interprétée. Cette phrase a fait le tour du monde.

Cher A.M, c’est entre autres à monsieur Marius-François Guyard, qui dirige l’édition du miroir des limbes, dans la Pléiade, que vous devez un rétablissement de la vérité du fond de votre pensée. En s’appuyant sur deux passages inédits, tirés des différents états de votre manuscrit original d’ « Hôtes de passage », il vous cite :

 « On m’a fait dire : Le XXI° siècle sera religieux ou ne sera pas. Formule ridicule. En revanche, je pense réellement que l’humanité du siècle prochain devra trouver quelque part un type exemplaire de l’homme, sans cela  ça ira mal…Et les manifestations [de mai 68] et autres ectoplasmes ne suffiront pas à l’apporter. ». » http://www.guichetdusavoir.org/ipb/index.php?showtopic=12570

Cher A.M, le patrimoine des Lumières, celui là même qui généra nos grands principes républicains est  en déclin. Sans, pour autant, jamais éclairer la totalité du monde hier, ces principes semblent aujourd’hui s’affaiblir. Sous l’effet d’une crise polymorphique, le corps des Lumières s’est comme pétrifié. Quelque peu mortifié mais, pourtant, il n’est pas mort !

Seulement voilà, cette crise de la postmodernité nous vaut d’assister à un retour du religieux. L’inquiétude vient du fait que ce retour se voit détourné par certains individus dont, sans les connaître personnellement, il est impossible de dire s’ils sont de bonne foi, c.à.d, inconscients du tort qu’ils génèrent, ou l’inverse. Toujours est-il qu’ils s’arrangent, par le biais d’extrapolation et d’une mauvaise interprétation des textes fondamentaux, pour canaliser la colère du peuple. Celle ci est née consécutivement aux failles d’un système qui promettait pourtant, tant et mieux sur papier, mais qui ne produit en réalité que trop d’inégalités.

Il est souhaitable et raisonnable de rappeler que l’on retrouve dans les textes fondateurs de toutes religions, de communes racines. Ainsi retrouve-t-on systématiquement la prescription du bien, de l’amour du prochain et du pardon. Il ne peut y avoir ni amalgame ni confusion avec tout ce qui ressort de la récupération de textes de références et d’allusions à certains personnages historiques à valeur symbolique dans un but de manipulation.

Pour revenir sur vos propos, cher A.M, lorsque vous employez le mot « spiritualité », vous ne faites donc pas allusion au religieux .A moins que, d’une certaine façon, on considère que la Révolution française engendrée par les Lumières a fait de sa révolte contre la religion, une religion. Ailleurs dans le monde, il est vrai, l’universalisme républicain et philosophique est perçu comme s’apparentant à une religion

Toujours est-il, cher A.M, que ni les dirigeants politiques, ni les universitaires n’avaient prévu ce retour, ce recours au religieux dans les sphères politiques. Cela bouleverse la géopolitique, cette  résurrection des identités religieuses semble mettre à mal la légitimité des principes républicains d’égalité, de liberté d’opinions politiques et religieuses et par ailleurs alimente les propos laïcistes, dés lors que les extrémistes fondamentalistes de toutes confessions l’utilisent. Ce communautarisme là attise le racisme, il amplifie le sexisme, bafoue l’idée d’égalité, de parité, de partenariat. 

Comme vous le savez, cher A.M, pour contrer cette spirale, il faut qu’une mobilisation considérable d’ordre international se fasse, de façon formelle, ce fut ainsi que se fit la création de l’ONU. Organisation qui par-dessus tout et au nom de tous ses adhérents se porte garante du respect des règles de conduite, du respect de l’éthique consignée dans ses chartes  des droits internationaux.

Aujourd’hui, plus qu’hier, il existe partout en ce monde des mobilisations qui de façon informelle participent au maintien de l’équilibre planétaire. Par exemple, la France a proposé la création du G20 qui dans les prérogatives spécifiques qui sont les siennes,comme moult autres organisations, à travers bien des manifestations et divers plans d’action y participent. Et c’est à sa mesure que le Dôme Universel va également participer.

Ce qu’on a pu considérer a posteriori comme étant de vrais progrès ont toujours associé tant à la foi qu’a la raison, faisant appel à la totalité des ressources de l’homme, tant dans sa perception de la vie et des choses que dans sa propre expérience des choses et de la vie.

On comprend aisément que, en accompagnement, parallèlement et indépendamment des programmes économiques, il doit impérativement, nécessairement,  exister des « programmes informels » de développement moral et intellectuel en vue d’un bon développement social.

Il y a donc lieu de  multiplier les espaces où cela se passe. Où nations et peuples trouvent l’occasion de sortir du chaos que génèrent, conflits d’intérêts et idéologies concurrentes.

Cher A.M, plus que tout autre, vous apprécierez la question que je m’apprête à poser et que vous-même, en disant : «  le XXIè siècle sera spirituel ou ne sera pas » vous posiez implicitement.

?? Sans communauté planétaire comment espérer la justice,

la paix, le progrès de l’humanité ?!

Pour passer d’un ensemble de nations en lien entre elles, du type ONU ou encore Europe,  à des nations réellement unies, il faut dépasser les liens et cadre strictement économiques.

C’est donc le partage des responsabilités dans le souci du bien être de l’humanité, de la sécurité de tous, qui semble s’annoncer comme la seule alternative possible et l’on sait que cela repose sur l’adhésion commune à des chartes éthiques.

C’est en tenant compte de ce qui fragilise l’Europe et convaincue de la nécessité de rechercher à divers niveaux les valeurs et principes communs, susceptibles tant de révéler l’existence d’un fond commun à l’humanité que de permettre l’élévation des conditions tant des diverses nations que de chaque homme, chaque femme, chaque enfant et ce  indépendamment des appartenances, que nous citons dans l’ordre d’importance actuelle comme étant : l’appartenance sociale, raciale, religieuse et politique.

Si on souhaite réserver une place à l’humanité, dans le futur, il faut dés à présent mettre l’accent sur ce qui lui est bénéfique pour contrebalancer ce qui l’empoisonne, que cela soit dû à un modèle économique qui n’a pas tenu ses promesses et qui, à cause de  l’avidité qu’il a déclenchée , a eu pour effet de laisser bien trop de monde de côté ou carrément sur le pavé. Ceci ayant pour effet de favoriser l’irruption d’autres modèles idéologiques où se mêlent politique et religion, qui actuellement divisent et rendent impossible la devise la plus chère à la vie terrestre, « Liberté Egalité qui induit la Fraternité ».

Si ce n’est pas la panacée ça lui ressemble, Ce triptyque dépasse le simple échelon français, et de fait, il s’appuie sur de nobles valeurs propres à la nature humaine, lesquelles ne génèrent que de bonnes choses. Cette devise respectée emmène dans son sillage, en conséquence, l’humanité vers un heureux futur.

Cher A.M, avec le respect et la considération que je vous porte, « .. ce type d’homme exemplaire…si nécessaire au XXIè siècle », vous en faites incontestablement partie. Quant au projet initialisé, le Dôme Universel, il  a bien pour objet de créer un espace où seront rassemblés morts et vivants partageant les valeurs communes et un universalisme transcendant.

Mes meilleures pensées vous accompagnent et témoignent de mon infini respect..

P.B

 

 

les apparences se revelent n’etre parfois que des appats rances

De nos jours, les hommes se sont entichés de faux dieux et d’idoles innombrables et cela porte à conséquence.

Si on fonctionne avec un sens critique et un imaginaire déformés, si l’esprit est enténébré par des valeurs erronées et des idées fausses, cela ne peut générer que des soucis.

Il est bon d’éclairer là où s’infiltre l’obscurité. Majoritaires, sont les individus connus et inconnus qui pensent qu’il est important, à présent d’orienter les citoyens jeunes et moins jeunes vers des personnalités réellement exemplaires.
Rappelons nous, dans un passé récent, la polémique autour de la main de Thierry Henry,
Elle nous ramène, en allant au fond des choses, certainement pas à l’amour du jeu, à la joie de jouer ensemble mais à des enjeux économiques et à la marchandisation d’être humain.
Dans ces conditions, l’individu va remplacer, le plaisir de la confrontation, l’enthousiasme du compétiteur, par le calcul. Son jeu n’est pas gratuit, ses performances et la victoire de son équipe valent des millions.

« la défaite est devenue un drame financier »

dixit Michel Platini dans « le Monde » du 5 octobre 2002.

Il faut impérativement gagner à tout prix et vaincre à un prix.

Dans ces circonstances, le mental domine le coeur et le mental est froid, égoïste et calculateur.
Les idéaux qu’on prête au sport, les qualités d’intégration, la fraternité, le fair-play, l’amitié, sont alors englouti. Ce qui résonne dés lors, c’est les crispations identitaires, l’assujettissement , le pur calcul, l’esprit de revanche, l’exaltation mégalomaniaque, la guerre (des crampons).
« Les « valeurs » des joueurs- que certains voudraient donner » en exemple à la jeunesse » - se mesurent surtout aux montants des salaires, primes et transferts qui ont atteint ces dernières années des sommets inimaginables » Le football, une peste émotionnelle, J.M Brohm, Marc Perelman. Chez Folio.
On ne contrôle pas la passion qui est par nature irraisonnée, irrépressible et de surcroît, on n’a pas à imposer une quelconque prise de position.
On peut parallèlement consentir à une analyse, observer les faits, zoomer, s’intéresser à l’homme qui se cache sous les apparences.



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 28 articles | blog Gratuit | Abus?